Combiner les données des capteurs indique la localisation d'un téléphone

Par 13 mars 2012
Mots-clés : Smart city, Europe
Smartphone

Utiliser les différentes informations fournies par l'accéléromètre, le gyroscope ou encore le baromètre et la boussole permet d'estimer l'endroit où se trouve le propriétaire d'un téléphone sans recourir aux méthodes traditionnelles.

Les smartphones sont actuellement capables de positionner sur une carte et de guider en utilisant le système GPS ou bien les infrastructures locales existantes Wifi, GSM ou UWB. Ces systèmes, bien que précis, sont gourmands en énergie et déchargent les mobiles rapidement. De plus, ils ne permettent pas toujours d'utiliser la navigation dans des zones couvertes comme les bâtiments, les transports ou encore les souterrains... Des chercheurs britanniques* ont du coup travaillé sur un système qui prend en compte l'environnement pour déterminer la position d'une personne possédant un ordiphone. En fait, leur système est basé sur les capteurs présents dans nos mobiles et qui permettrait de déduire la position d'un piéton.

Une navigation à l'estime

En effet, les smartphones intègrent des outils tels que l'accéléromètre, le magnétomètre, le gyroscope, le baromètre, la boussole, ou encore des capteurs de proximité et de pression. Du coup, le système combine les données captées par ces différents dispositifs afin d'estimer une probabilité de localisation en fonction du temps, de la direction prise... Le tout est en effet analysé par un algorithme qu'ils ont mis au point, et qui ne nécessite pour donner une position que d'un point de départ prédéterminé. Les chercheurs ont testé trois scénarios en fonction du positionnement du téléphone : en mode silencieux dans une poche, tenu à la main, ou porté à l'oreille lors d'un appel.

Des axes d'améliorations

Dans les trois cas, si un point initial est connu, il est possible de mesurer la trajectoire empruntée par le piéton. Ce système pourrait être étendu à d'autres scénarios : estimer l'altitude de la position dans un immeuble (étage), tester la position d'une personne qui court... Reste que l'étude précise que les environnements intérieurs créent des interférences électromagnétiques avec le magnétomètre, qui permet de déterminer la direction. Des améliorations dans la précision sont donc à apporter.

*de la School of Computing and Communications de l'Université de Lancaster et de HW Communications

 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas