Pour commercialiser ses cartes, la structure européenne d’American

Par 11 août 1998
Mots-clés : Smart city, Europe

Express mise sur le développement de stratégies locales. Directeur général d’American Express Carte France, Nicolas Sireyjol indique “chaque marché a ses particularités: une culture de carte de dé...

Express mise sur le développement de stratégies locales.
Directeur général d’American Express Carte France, Nicolas Sireyjol
indique “chaque marché a ses particularités: une culture de carte de
débit en France, de carte de crédit en Grande-Bretagne et de cash en
Italie. Pourtant, le développement économique de ces trois pays est
comparable” tout en poursuivant “dans le domaine des cartes, le marché
français est désormais mature, il nous faut donc y proposer plus qu'un
simple moyen de paiement”.
La stratégie de développement mise en place en France repose en fait sur
trois axes principaux.
Tout d’abord, un positionnement traditionnel sur les cartes haut de gamme.
Fin 1996, Amex a ajouté à sa gamme de produits sa carte Platinum “un
produit sur lequel la notion de service personnalisé reste omniprésente et
qui réponde à une forte demande”.
Le second axe de développement concerne la fidélisation et le comarquage
sur lequel la France est très en pointe. Son premier programme de
fidélisation a été lancé en France en mai 1993. Passé d’un système de gain
de points orienté vers l’aérien à des gains de points donnant droit à des
nuits d’hôtels, des locations de voitures …, Amex comptabilise plus de 40
000 adhérents dans le cadre de son partenariat avec Accor.
Troisième créneau de développement: la carte d’entreprise ou
“corporate”. Son lancement en France remonte à 1975. Voulant obtenir
quelque parts de ce marché, ses concurrents les plus actifs comme Visa qui
a lancé des cartes “business” et “purchasing” reconnaissent la force
d’Amex dans ce domaine. Cela n’inquiète nullement Nicolas Sireyjol “nous
n’appréhendons nullement la venue d’autres acteurs sur ce marché. Au
contraire, elle devrait contribuer à le faire mûrir et à ne plus réserver
la carte d’entreprise aux seules multinationales ou grandes sociétés, mais
aussi aux PME”.
Ayant noué un partenariat avec le Crédit Lyonnais en avril 1997 pour
proposer des services de reporting, Amex n’exclut pas de conclure une
alliance avec une autre banque française dans un autre créneau de
développement ou selon d’autres modalités.
Travaillant déjà en Europe avec NatWest en Grande-Bretagne et la Caixa
Bank en Espagne, Amex a aussi conclu des joint-venture en Belgique avec la
Générale de Banque et en Suisse avec le groupe Crédit Suisse.
(Les Echos 12/08/1998)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas