La Commission européenne menace Microsoft de nouvelles amendes

Par 31 janvier 2005
Mots-clés : Smart city, Europe

La Commission européenne compte bien mater l'éditeur américain Microsoft. Et ne pas se laisser influencer par les annonces successives démontrant la bonne volonté du groupe. En mars 2004, la...

La Commission européenne compte bien mater l'éditeur américain Microsoft. Et ne pas se laisser influencer par les annonces successives démontrant la bonne volonté du groupe. En mars 2004 , la Commission européenne avait imposé à Microsoft une amende record de 497 millions d'euros - que l'éditeur a payée depuis - accompagnée de remèdes à appliquer pour que le groupe se retrouve dans une position acceptable face à la concurrence.
La semaine dernière, pour preuve de sa bonne volonté, le groupe américain faisait savoir qu'il ne ferait pas appel de la décision européenne en ce qui concerne l'application de ces remèdes. Dans un communiqué de presse, l'éditeur annonçait en ces termes : " Plutôt que de rechercher la suspension des remèdes proposés par la Commission, Microsoft se concentre maintenant sur un travail constructif avec la Commission pour leur pleine et rapide application".
Pour preuve de sa bonne foi, Microsoft annonçait avoir d'ores et déjà divulgué des informations à ses concurrents sur le marché des serveurs et se préparer à la sortie ces prochaines semaines d'un système d'exploitation sans son Media Player.
Pour la Commission européenne, ce n'est visiblement pas assez : Dire n'est pas Faire. Vendredi, l'institution a donc fait savoir qu'elle se réservait la possibilité d'infliger des amendes supplémentaires à l'éditeur, de l'ordre de 5 % de son chiffre d'affaires quotidien (soit environ 5 millions de dollars par jour) si le groupe ne se dépêche pas de mettre en œuvre les remèdes. La Commission a ainsi précisé qu'elle s'attendait à ce que les délais se mesurent en semaines, et non en mois.
(Atelier groupe BNP Paribas - 31/01/2005)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas