La Commission évalue l’impact de l’initiative eEurope.

Par 25 mars 2001
Mots-clés : Amérique du Nord, Europe

Premier constat, le nombre de ménages de l’Union européenne connectés a augmenté de 55 % entre mars et octobre 2000. L’Europe a maintenant presque autant d’internautes que les Etats-Unis. Cette cr...

Premier constat, le nombre de ménages de l’Union européenne connectés a
augmenté de 55 % entre mars et octobre 2000. L’Europe a maintenant presque
autant d’internautes que les Etats-Unis.
Cette croissance s’explique notamment par la chute des prix d’accès à
l’Internet (- 23 % en moyenne au cours de cette période et - 47 % dans
certains Etats membres). Par ailleurs, l’utilisation de l’Internet a
augmenté très rapidement dans les écoles de l’UE, dont 80 % sont désormais
connectées à Internet à des fins pédagogiques.
Toutefois, l’utilisation de l’Internet est surtout passive: recherche
d’informations et téléchargement. Le potentiel d’Internet n’est pas encore
exploité entièrement en termes de commerce électronique et d’autres
services interactifs.
Les résultats de l’évaluation permettent de mieux cerner les secteurs où
l’Europe progresse bien et ceux où il reste des défis à relever dans les
plus brefs délais afin d’atteindre les objectifs de l’initiative eEurope
2002.
Pour relever ces défis, certaines mesures concrètes sont proposées.
Presque toutes les écoles européennes étant désormais connectées, la
Commission propose un nouvel objectif de 1 ordinateur pour 5 élèves. En
outre, les enseignants doivent être formés à l’utilisation de l’Internet,
les programmes scolaires doivent être adaptés et les Etats membres doivent
favoriser l’accès à l’Internet large bande pour les écoles.
L’administration en ligne doit devenir une réalité afin que les services
de base, comme les déclarations d’impôts, les immatriculations de véhicule
… soient accessibles en ligne d’ici à la fin 2002.
La sécurité de l’Internet doit être amélioré. Le rapport propose d’établir
en premier lieu un «système d’alerte rapide» assurant l’échange
d’informations sur les problèmes de sécurité entre les Etats membres.
Cette mesure préventive utilisera, dans sa phase initiale, la structure
des mécanismes existants d’échange d’information.
Le cadre juridique pour le commerce électronique doit être transposé
rapidement dans les lois nationales, en particulier les directives sur le
commerce électronique et la signature électronique.
Enfin, l’avance de l’Europe dans les communications mobiles doit être
maintenue. Pour soutenir les demandes croissantes sur le réseau, la
version 6 de protocole Internet (IPv6) devrait être mise en œuvre. Cela
rendra le nombre d’adresses Internet pratiquement illimité. De plus, le
cadre réglementaire pour la politique en matière de spectre des radios
fréquences doit être adopté sans tarder.
(Christine Weissrock - Atelier BNP Paribas – 26/03/2001

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas