La communication entre véhicules nécessite de revoir la distribution des éléments extérieurs

Par 19 juillet 2013
V2V

Réaliser une modélisation précise des canaux de communication de véhicule à véhicule (V2V) est une tâche difficile, notamment en raison de la nature hautement dynamique des environnements dans lesquels se déplacent les véhicules.

Si les systèmes de communication entre véhicules représentent l’avenir du transport intelligent, ceux-ci mériteraient déjà d’être améliorés. En effet, les canaux de communication V2V peuvent voir leurs signaux faussés par la réflexion d’ondes radio sur des objets de toute taille, fixes et mobiles, tels que les ponts et d'autres véhicules. Et pour remédier à cela, un nouveau modèle géométrique a été proposé par des chercheurs de la North Carolina State University. En effet, en tenant compte d’une distribution parallèle mais non uniforme des objets, les chercheurs ont réussi à créer un modèle qui décrit avec plus de précision la façon dont les signaux radio sont affectés par l’environnement.

Comprendre comment les signaux V2V sont faussés

Car en effet, la communication V2V repose sur la transmission de données via les fréquences radio. Mais le fait que l’émetteur et le récepteur soient en mouvement et que les ondes et échos de radio se réfléchissent sur des objets rendent la transmission compliquée. Mais contrairement aux modèles précédents, les chercheurs ont choisi de partir du principe que la plupart des routes sont bordées avec des objets – arbres, stations essence, voitures en stationnement  - qui sont parallèles à la route elle-même. Cela implique que les objets qui peuvent refléter les ondes radio ne sont pas répartis de façon uniforme dans toutes les directions. A partir de ce principe, ces derniers ont réussi à prédire le spectre Doppler, qui permet d’identifier quelque chose à distance grâce aux ondes, ainsi que la distribution de l'angle d'arrivée pour divers scénarios de V2V.

Favoriser le "transport intelligent"

Les informations recueillies pourront ainsi être utilisées pour régler le signal de transmission afin d'améliorer la clarté de la transmission de données. En outre, le modèle est relativement simple à calculer, les chercheurs espèrent donc continuer à l’affiner. L’objectif des chercheurs est en fait d’améliorer la clarté des transmissions V2V afin de donner aux conducteurs les avertissements au sujet des retards ou perturbations de trafic le plus rapidement possible. Car bien qu'il existe des applications pour smartphones qui peuvent informer les automobilistes des embouteillages, il existe un décalage dans le temps entre le moment où l'embouteillage commence et celui où le conducteur est averti.

 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas