Les communications entre individus moins régulières que cycliques

Par 07 septembre 2011
communication

Inactifs la majorité du temps, les êtres humains communiquent entre eux suivant des cycles très courts, ou "pics de communication". Une tendance à connaître pour améliorer les processus de diffusion de l'information.

 

Les communications entre êtres humains ne sont pas réparties de façon homogène dans le temps, mais suivraient plutôt un cycle. On trouverait ainsi des pics de communication, séparés par de larges périodes de moins grande activité sociale. Pour parvenir à cette conclusion, des chercheurs de l'université de Madrid III ont analysé plus de 9 milliards d'appels provenant de 20 millions d'espagnols, et ce durant 11 mois. Ils ont ainsi identifié les groupes de connaissances et les échanges ayant lieu au sein de ceux-ci.

Une transmission de l'information qui va de pair avec ces cycles d'activité

Le but étant de comprendre quand et selon quel modèle les communications pouvaient avoir lieu. "L'aspect cyclique que nous avons mis en évidence avait déjà été observé dans d'autres domaines, comme les envois d'e-mail, les visites de sites, ou les opérations en bourse. Manifestement, il régit également la communication humaine", expliquent les scientifiques dans leur papier de recherche. Autre phénomène intéressant mis en évidence par l'étude : les groupes auront tendance à avoir une activité synchronisée. C’est-à-dire qu'au sein d'un ensemble de personnes plutôt proches, les pics de communication tendront à se produire au même moment, de même que les périodes d'inactivité.

Un phénomène utile d'un point de vue commercial, mais aussi politique

Logiquement, cette tendance accélère la diffusion d'une même information au sein d'un groupe. Mais en contrepartie, la circulation de cette dernière est ralentie de manière plus générale, étant donnée la période d'inactivité pouvant avoir lieu entre deux contacts. Pour Esteban Moro, membre de l'équipe de recherche, "bien évidemment, ces découvertes sont extrêmement intéressantes dans le cadre de processus publicitaires ou de marketing viral. Mais leur utilité ne s'arrête pas là: elles peuvent également être utiles pour répandre des rumeurs, des opinions, ou des politiques".  

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas