La comparaison facilite la détection de l'humeur du consommateur

Par 09 mars 2011
Détection humeur vidéo

Shore compare les expressions du visage de personnes devant un panneau ou un film publicitaire avec une base de données constituées de milliers de visages. Il propose ensuite un classement par catégories.

Pour reconnaître automatiquement les réactions de personnes face à un panneau ou un film publicitaire, l'institut IIS* du Fraunhofer a mis au point un dispositif qui identifie l'humeur d'un individu en fonction d'une base de données à laquelle il se réfère. Le système, baptisé Shore, est constitué de milliers de visages adoptant tous des expressions faciales différentes. Il est complété d'une caméra numérique qui s'installe sur le panneau et qui filme les individus. "Une simple caméra détecte les visages et permet d’estimer l’âge, le genre et l’humeur des personnes passant devant cette caméra", expliquait ainsi lors du CeBIT de Hanovre Christian Küblbeck, expert en reconnaissance faciale, à L'Atelier.

Améliorer les campagnes…

En fait, le système procède par comparaison pour envoyer une estimation de l'humeur des personnes. Cela en analysant et comparant les visages filmés image par image et en utilisant les algorithmes classiques qui permettent de suivre un visage dans l’espace. Le dispositif analyse plusieurs visages en établissant pour chacun d’entre eux un taux émotionnel pour la colère, le bonheur, la tristesse ou encore la surprise. A noter qu'il suit les individus dans l’espace et tolère une rotation du visage de 60 degrés, que les yeux soient ouverts ou fermés. Les informations sont ensuite classifiées par âge, genre… "Nous travaillons avec plusieurs entreprises, principalement dans le marché publicitaire", ajoute le scientifique. "Elles souhaitent en effet de plus en plus savoir combien de personne regardent leur publicité, et notamment connaître les réactions suscitées en fonction du genre et de la classe d’âge des cibles".

…en respectant l'anonymat

Il suffit d’avoir une connexion Internet pour que le programme accède à la base de données. "Il n’y a pas de problème de confidentialité des données personnelles puisque nous ne stockons pas les images enregistrées : nous collectons uniquement des statistiques qui nous permettent de définir des tendances". Le logiciel permet en effet de créer des identités virtuelles pour les personnes détectées où seules seront enregistrées les données liées à l’évolution de l’expression faciale. "Cela est notamment très pratique si on souhaite suivre les différentes émotions d’un individu au cours d’un film", conclut Christian Küblbeck.
* Fraunhofer Institute for Integrated Circuits

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas