Les comparateurs doivent miser sur la géolocalisation participative

Par 31 mars 2011
Mots-clés : Smart city, Europe
Femme qui fait ses courses

Intégrer des options de localisation enrichies par les mobinautes aux applications de comparaison permettra d'avoir une vision plus exhaustive du marché.

Entretien avec Eric Larchevêque, fondateur de Prixing, une application qui compare à la fois les prix sur Internet et en magasin.

En quoi Prixing se définit-il comme un comparateur participatif ?

Eric Larchevêque : Il est important dans la comparaison de prix de faire le lien entre la réalité et le virtuel, entre ce qu’on peut trouver en magasin, et sur Internet. A ce titre il s’avère que les consommateurs sont les meilleurs connaisseurs des points de vente de proximité. Voilà pourquoi Prixing leur permet de référencer eux-mêmes des produits et des prix qui ne sont pas encore dans notre base de données. Ils peuvent même donner des informations quant à un commerce qui n’est pas encore référencé. A ce jour nous avons 10 000 utilisateurs contributeurs qui ont déjà rajouté à la base 1500 produits et 10 000 prix ainsi que 3000 avis environ.

Cela changera les habitudes de consommation ?

Pas forcément sur la comparaison simple de produits à l’unité. Aujourd’hui, l’utilisateur peut scanner un produit et voir tous les autres prix relatifs à ce même produit. Mais à l’avenir, il pourra scanner sa liste de course et c’est là que ce fera la différence. En effet, c’est en comparant des paniers d’achat et en ayant une idée de la différence totale que les comportements risquent de changer, notamment quant à la fréquentation des magasins.

Vous mélangez prix en ligne et prix en magasins, les distributeurs physiques ne s’insurgent-ils pas ?

Non puisque nous sommes un relais capable d’avoir un retour client direct et de suivre le comportement d’achat. C’est donc une aubaine pour les grandes surfaces. A terme, on pourra leur offrir des informations qui leur permettront de faire du cross-selling très ciblé, ou même de distribuer des réductions via le mobile. Quoiqu’il en soit, les distributeurs et les marques ont déjà compris que ces technologies entreront dans les points de vente. Ils cherchent donc à prendre de l’avance.

Techniquement, comment se nourrit votre base de donnée ?

Nous avons créé une base de données de 2 000 000 produits dont 100 000 dans l’alimentaire grâce à des agents d’indexation qui référencent les prix des magasins. Au total, cela fait 5 000 000 de prix locaux, c'est-à-dire présents en magasin. A ces chiffres il faut rajouter ceux que les utilisateurs complètent chaque jour. Au final, on peut comparer sur son mobile les prix du web, des magasins, tout en les géolocalisant.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas