Le comportement des fourmis renseigne sur la formation des réseaux sociaux

Par 08 juin 2012 Laisser un commentaire
fourmis

Étudier les habitudes de ces insectes aux comportements proches des hommes permettrait d'en apprendre plus sur la formation des réseaux sans déployer d'études quantitatives sur les individus.

Les fourmis apporteraient une solution à la difficulté des chercheurs du domaine du comportement humain pour analyser les mécanismes à l'origine de la construction d'un réseau social. Ces insectes seraient en effet proches des humains de par leur capacité à s'adapter à un environnement dynamique et à trouver leur chemin vers un autre nœud. De plus, à la différence des humains, ceux-ci peuvent constituer un panel important et neutre, chose délicate à trouver dans notre société. Un groupe de chercheurs de l'Université Carlos III de Madrid a donc décidé de s'appuyer sur des théories déjà existantes sur le comportement des fourmis en société afin d'élaborer un algorithme pouvant analyser les chaînes de références qui mènent un individu à un autre.

Une organisation commune proche de celle des humains

A la base de cette découverte, on retrouve les algorithmes de colonies de fourmis. Proposée pour la première fois dans les années 1990 par le Professeur Marco Dorigo, cette théorie s'appuie sur la manière dont ces insectes exploitent leurs ressources alimentaires. Ainsi, ceux-ci s'organisent collectivement pour trouver le chemin le plus court entre leur nid et leur alimentation. Pour cela, une première fourmi part en éclaireuse et quand elle trouve une source de nourriture, elle laisse échapper des phéromones sur le chemin retour. Les autres fourmis captent alors ces phéromones et prennent un chemin en partie identique ou totalement différent pour atteindre la source de nourriture laissant à leur tour un chemin de phéromones. A force d'allées et venues, celles-ci arrivent à déterminer le chemin le plus court car c'est celui le plus employé et le plus fort en phéromones. De nombreux algorithmes ont donc été créés pour expliquer et prédire ce phénomène.

Différents usages, jusqu'à l'interaction social

Ceux-ci sont exploités par les chercheurs de l'Université Carlos III pour créer un algorithme permettant de déterminer le chemin le plus court entre deux individus en quelques millisecondes et donc comprendre le fonctionnement de leur réseau. Mais pas seulement. Cet algorithme permettrait également de comprendre les éléments qui relient deux individus, comme par exemple deux utilisateurs de Facebook ou de Twitter. A noter que ces algorithmes de colonies de fourmis sont déjà utilisés pour différents problèmes d'optimisation combinatoire. Parmi ceux-ci, on retrouve notamment une application dans un cadre physique concret, tel que le routage de véhicules ou la planification d'emploi du temps. Mais également, de manière plus scientifique, ces algorithmes permettent d'expliquer le repliement des protéines.

Haut de page

Vos commentaires

(If you're a human, don't change the following field)
Your first name.
(If you're a human, don't change the following field)
Your first name.
Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
  • Aucune balise HTML autorisée
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

En soumettant ce formulaire, vous acceptez la politique de confidentialité de Mollom.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas