Conjoncture

Par 05 février 2002
Mots-clés : Smart city, Europe

Selon les données chiffrées communiquées par l’APCE, issues du fichier Démo/SIRENE de l’INSEE, 177 015 créations d’entreprise ont été enregistrées en 2001, contre 176 763 en 2000 (+ 0,14 %). La créa...

Selon les données chiffrées communiquées par l’APCE, issues du fichier
Démo/SIRENE de l’INSEE, 177 015 créations d’entreprise ont été
enregistrées en 2001, contre 176 763 en 2000 (+ 0,14 %). La création dans
les NTIC a en revanche reculé, passant de 8 786 en 2000 à 7 201 en 2001.
En décembre 2001, 13 134 créations d’entreprise ont été réalisées, soit
242 créations ex-nihilo de plus qu’en décembre 2000. Pour leur part, les
créations dans les NTIC ont chuté de 7 %: 592 créations en décembre 2001,
contre 636 créations en 2000.
Sur l’ensemble de l’année, le secteur éducation/santé a enregistré la plus
forte hausse (+ 4 %). Trois activités ont régressé sensiblement: les
transports (- 3 %), l’industrie et les services aux entreprises (- 2 %).
Les créations d’entreprises sous forme de société ont légèrement progressé
en 2001 par rapport à 2000 (84 474, contre 84 106 en 2000). En revanche,
la création d’entreprise sous forme individuelle à légèrement baissé (92
541, contre 92 657 en 2000).
Concernant les NTIC, la création d’entreprises sous forme de société chute
de 28 % alors que la création d’entreprises sous forme individuelle
progresse de 7 %.
4 régions ont enregistré une croissance supérieure à 5 %: les DOM (+ 10,7
%), la Haute Normandie (+ 5,8 %), le Paca et le Languedoc Roussillon (+
5,3 %). 4 régions connaissent une régression d’au moins 5 %: la Franche
Comté (- 9,6 %), l’Auvergne (- 5,7 %), la Picardie (- 5,1 %) et le
Limousin (- 5 %).
(Christine Weissrock – Atelier BNP Paribas – 5/02/2002)

Selon les chiffres communiqués par l’APCE, la création d’entreprise a
concerné au total 533 836 emplois en 2001. Quelle que soit la nature de la
création ou la tranche de taille, les créations/réactivations/reprises
sont sensiblement identiques entre 2000 et 2001. Les reprises ayant des
salariés dès le démarrage ont le plus évolué (+ 2,3 %).
Les 177 015 créations ex-nihilo en 2001 se répartissent comme suit: 43
211 pour le secteur commerce, 43 194 pour les services aux entreprises, 28
477 pour la construction, 21 649 pour les services aux particuliers, 16
244 pour l’éducation/santé, 10 099 pour l’industrie, 7 499 pour
l’immobilier, 4 940 pour les transports, 1 702 pour l’IAA.
261 créations ex-nihilo de plus ont été enregistrées en 2001 par rapport à
2000. 52 % des créations ex-nihilo se font en nom propre. 81 % des
créations ex-nihilo n’ont pas de salarié au démarrage. 8 042 créations
ex-nihilo ont au moins 3 salariés au démarrage.
Comparée à 2000, il y a 1 679 réactivations en moins en 2001. 51 987
réactivations ont été enregistrées en 2001. Selon les activités, les
réactivations sont entre 12 % (industrie) et 26 % (IAA qui sont en réalité
des commerces de bouche saisonniers) des créations totales. Les services
aux particuliers (24 %), le commerce (22 %) et la construction (20 %) sont
les trois secteurs où les réactivations sont les plus présentes.
41 562 reprises ont été enregistrées en 2001. Certaines activités sont
surtout le fait de reprises, notamment les hôtels-cafés-restaurants (49 %)
et les IAA (46 %).
La quasi totalité des régions a connu une légère baisse en 2001. Cinq
régions connaissent entre 2000 et 2001 une hausse supérieure à 2 %: trois
régions des Dom et deux régions du Sud de la France. Treize régions
enregistrent une baisse de plus de 2 %.
(Christine Weissrock – Atelier BNP Paribas – 5/02/2002)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas