"Nous considérons l'Art comme une méthode de recherche en innovation"

Par 27 octobre 2009 2 commentaires
Mots-clés : Smart city, Europe

L'autrichien Futurelab relie recherche et développement, entreprises et activité artistique. Le but : développer des applications et services en entreprises mieux adaptés aux besoins des utilisateurs.

Futurelab fait partie d’ARS Electronica, dont l’objectif est de lier l’Art, la société et les technologies. Il mène des projets pour des entreprises ou des institutions. La moitié d’entre eux est directement liée à l’Art et à la culture, et un tiers à l’innovation industrielle. Entretien avec Christophe Lindinger, directeur de la R&D, et qui ouvrira les rencontres "Technologies et arts numériques", prévues le 27 novembre à Rennes.
L’Atelier : Pourquoi associer développement industriel, artistique et technologique ?
Christopher Lindinger : Pour nous, l’Art est une méthode de recherche en innovation. Les artistes pensent différemment à propos de certains aspects de la société. Ils ont une manière de penser qui remet en question les idées entérinées. Les entreprises ont de plus en plus en tête les gens qui vont utiliser leurs technologies, et plus seulement les technologies en elles-mêmes. A travers l’Art, nous cherchons des moyens créatifs d’utiliser la technologie.
Comment cela se traduit-il concrètement ?
L’influence de nos projets peut être directe ou indirecte. Par exemple, un artiste travaillant chez nous avait organisé un concert basé sur l’utilisation des téléphones portables. Il s’agissait d’appeler les numéros des spectateurs présents, à qui une sonnerie précise avait été attribuée. Nous avons dû faire face à plusieurs difficultés techniques. Parmi elles, le délai trop long entre la composition du numéro et le moment où le mobile sonne effectivement. L’innovation que nous avons développée en réponse à ce problème a ensuite été reprise par les entreprises du secteur en Autriche pour mettre fin à cette latence.
Votre démarche semble du coup laisser d'abord la parole à l'Art avant de voir comment réutiliser une idée au niveau industriel.
Non, il arrive aussi souvent que les entreprises fassent appel à nous pour répondre à un problème précis. Par exemple, un constructeur de GPS cherchait un moyen d’améliorer les indications données par son appareil. Les utilisateurs avaient en effet du mal à estimer les distances énoncées par l’appareil et se trompaient souvent. Les chercheurs de Futurelab, artistes et scientifiques, se sont penchés sur le problème sous différentes perspectives. La solution proposée a été d’installer une caméra sur le véhicule filmant la route. Au moment de tourner le GPS présente l’image provenant de la caméra sur laquelle le chemin à suivre est ajouté numériquement.
Quelles sont les entreprises qui font appel à vous ?
Le spectre est large. Il y a beaucoup de grosses entreprises qui viennent au stade du développement de produits pour obtenir une vision de ce que pourrait être le futur de leur industrie, les nouveaux usages possibles, etc. Mais aussi des PME locales qui ont besoin de soutien sur une problématique particulière. C’est très enrichissant pour nous.

Haut de page

2 Commentaires

C est flippant tt ça ....

Soumis par Laurent (non vérifié) - le 27 octobre 2009 à 19h38

Peut-on en savoir plus sur les rencontres "Technologies et arts numériques", prévues le 27 novembre à Rennes?Je ne trouve aucune info sur le net...

Soumis par Clement (non vérifié) - le 28 octobre 2009 à 09h40

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas