Les consommateurs américains à l'aise avec la banque mobile

Par 23 juillet 2010
Mots-clés : Smart city

Réaliser des transactions financières depuis son smartphone séduit. Mais des efforts doivent encore être faits par les banques pour rassurer sur la sécurité de ces systèmes.

Un consommateur américain sur cinq a effectué des transactions bancaires depuis un mobile ou un PDA cette année, rapporte KPMG. Ils étaient un sur dix il y a dix huit mois. Une hausse qui se perçoit également dans d'autre pays, puisqu'à l'échelle mondiale, un tiers des consommateurs reconnaît être plus à l'aise avec les transactions financières sur mobiles. Principaux utilisateurs : les 16 et 24 ans, avec plus de 30 % des personnes de cette tranche d'âge interrogées ayant expliqué utiliser un appareil mobile pour réaliser une opération bancaire. Reste que si le nombre de personnes peu à l'aise avec ce genre d'utilisation a diminué de 11% entre les deux enquêtes, la moitié des personnes interrogées restent tout de même réfractaires au paiement mobile.
Encore un manque d'information sur la sécurité des paiements mobiles
Principale cause : la sécurité et la confidentialité des données. D'où la nécessité pour les banques de renforcer la sensibilisation des consommateurssur la sécurité de l'environnement des services bancaires mobiles, explique l'étude. Mais également le manque d'informations et de visibilité sur le sujet. Pour preuve : près des trois quarts des répondants ont déclaré que leur banque actuelle n'offre pas de services mobiles ou qu'ils n'avaient pas connaissance d'une telle offre.
Un paiement mobile qui diversifie ses offres et ses secteurs d'utilisations
D'autant que les usages autour de la banque mobile se diversifient : 10% des consommateurs aux États-Unis ont utilisé leur smartphone pour acheter un produit à partir du site d'un détaillant. Deux fois plus qu'en 2008. Même pourcentage pour les opérations d'investissements - tels que l'achat ou la vente d'actions - sur les téléphones. Contre près de 30 % des consommateurs à l'échelle internationale pour une telle opération. L'enquête est basée sur les réponses de 5600 personnes interrogées dans vingt deux pays.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas