[Convergences] Mobile dans les PED : l'importance de la place des partenaires

Par 09 septembre 2014
convergences 2015

A l'image des conditions du développement technologique des pays d'Afrique, on s'aperçoit que l'essentiel de la transition numérique existe par le vecteur du mobile. D’où la nécessité de structures institutionnelles (ou non) plus présentes.

En Afrique, 90% des personnes qui se connectent à internet le font désormais via un support mobile. De même si on regarde du point de vue local, l'accès à des ordinateurs concerne moins de 1% de la population du Sénégal quand il y a au Cameroun un téléphone pour 1,2 habitants. Il est donc logique que le segment sur lequel se porte le développement soit le mobile. C’est sur ce constat que s’est ouverte la conférence “Big data et territoires : Quelle utilisation des données dans l’aménagement territorial ?”, dans le cadre du forum mondial Convergences. Plus précisément, l'appropriation et l'impact du numérique ont été étudiés au prisme des organisations de développement. La directrice des affaires internationales d'Alcatel Lucent Florence Gaudry-Perkins, intervenante rencontrée à l’occasion de cette conférence, rappelle qu'on attend une pénétration de 85% du téléphone mobile en Afrique d'ici l'année prochaine, ce qui découle d'une croissance gigantesque. Et si les projets se multiplient dans le domaine de la mSanté, du mPaiement, de la mAgriculture, de la mGouvernance et de la mEducation - également soutenue par l'action de l'Unicef au Cameroun, la place des gouvernements et des partenariats locaux reste fondamentale.

Un plan du gouvernement au Sénégal en faveur de la mSanté

"Il existe souvent une commission au gouvernement et des comités qui supervisent ces développements et s'assurent du respect de la "data privacy"", rappelle Florence Gaudry-Perkins. Au Sénégal par exemple, c'est un plan sur dix ans qui est en cours de validation pour une stratégie globale de transition vers le numérique du pays qui rendrait possible l'atteinte de 35% de digitalisation de l'économie sénégalaise en 2023. Florence Gaudry-Perkins évoque les résultats en mSanté, qui ont prouvé leurs succès, notamment au Sénégal où le projet BeHealthy soutenu par Alcatel Lucent s'est montré efficace pour lutter contre le diabète, qui est là bas un problème de santé publique. Un autre projet vise la prévention de l'obésité au Mexique, où le taux d'obésité infantile est le plus haut du monde, ce qui explique la mobilisation active du gouvernement pour endiguer ce problème. "Pour toutes les règles d'inter-opérabilité, de sécurisation des données, les gouvernements sont très importants, ils s'assurent que les technologies de protection soient mises en place.", estime Florence Gaudry-Perkins. Mais ceci n’est pas toujours évident, elle a pu observer que les ministères n'ont pas forcément l'habitude de travailler ensemble.

La dimension indispensable des partenariats

Si les économies d'échelle sont souvent possibles pour les organismes de développement grâce à la réplicabilité des projets, ce sont les partenaires locaux qui dirigent les opérations et sont ainsi plus à même de tenir compte des spécificités régionales. Par ailleurs, l'importance des partenariats vient du besoin d'un transfert de technologie, qui à terme peut mener à la création d'emplois et de richesses. Florence Gaudry-Perkins rappelle le rôle d'Alcatel Lucent auprès des partenaires locaux : "On travaille avec l'écosystème sur des modèles innovants de partenariats publics/privés basés sur le partage d'infrastructures - le Open Access Network.". Cette notion de partage et de rationalisation des investissements est essentielle. De plus, "Il faut travailler sur la pérennité financière des projets et ne pas se lancer sans s'être posé la question des financements au bout de trois ans. C'est le rôle du secteur privé dans le développement d'aider à mener à bien des projets.". Mais pour régler des problèmes récurrents, les intervenants de la conférence en sont revenus à la nécessité d'une gouvernance mondiale sur le numérique...

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas