Le corpoworking, un état d'esprit à insuffler chez les grands groupes

Par 03 juin 2015 4 commentaires
Corpoworking

Les entreprises en mal d'innovation auraient tout intérêt à se diriger vers le corpoworking, qui, en permettant d'intégrer l'esprit du coworking en leur sein, aurait la capacité de favoriser l'open innovation.

Dans le cadre de l’événement des Tiers Lieux organisé par l'Atelier et qui aura lieu demain 4 juin 2015, Nathanaël Mathieu, co-fondateur du cabinet de conseil LBMG Worklabs s'exprime sur l'émergence du corpoworking.

L'Atelier : Le coworking en entreprise (ou corpoworking) n'est pas un concept récent, mais il subit depuis quelques temps une évolution. A quoi est-elle due ?

Nathanaël Mathieu : Il y a beaucoup de visions différentes du coworking. Si sa dynamique (et notamment celle du corpoworking) se débloque, c'est aussi en lien avec le développement des espaces dédiés (de 0 à 300 espaces en 8 ans). Le coworking est quelque chose de reconnu en France, c'est pourquoi de plus en plus d'entreprises souhaitent s'en inspirer pour faire évoluer leur conception du travail. Il s'agit donc de faire en sorte que les entreprises créent en interne des espaces qui permettent de revoir l'organisation du travail et qui dépassent le simple cadre d'un aménagement d'un espace collaboratif. Il y a très peu d'initiatives aussi abouties en France de nos jours.

Quel est l'état du corpoworking en France ?

A mon sens, nous n'en sommes qu'aux balbutiements du corpoworking en France. Même si l'on voit apparaître de plus en plus d'initiatives de type espace collaboratif ou espace d'innovation en entreprise. Mais à ce jour, il existe très peu d'expériences qui s'attaquent réellement au sujet de l’organisation du travail et de l’évolution de l'environnement de travail.

L'expérience la plus aboutie en France est celle d'Orange avec la villa bonne nouvelle, qui permet d'accueillir jusqu'à 50 personnes le temps d'un projet (entre 6 et 12 mois) au sein d'un immeuble historique du groupe. Cette initiative s'inscrit globalement dans un projet plus général de transformation digitale de l'entreprise et permet de suivre l'évolution des collectifs de travail interne, des échanges avec des partenaires externes (start-up, etc...), de nouvelles formes d'innovation, et de nouveaux espaces de travail plus partagés et flexibles.

Un aperçu des locaux de la villa bonne nouvelle d'Orange

Que permet selon vous une telle ouverture de la part des entreprises, qui ont donc la possibilité de proposer des espaces collaboratifs à leur employés tout comme à des entreprises extérieures (partenaires, collaborateurs...) ?

En effet, le but ultime est de développer plus de croisements en interne mais aussi de faire en sorte que ces lieux soient ouverts sur l'extérieur. Que ce soit pour accueillir des structures avec lesquelles l'entreprise à l'habitude de travailler ou d'autres structures extérieures afin de faciliter l'open innovation. Les grandes structures ont souvent un mal fou à innover en interne, elles ont donc besoin de chercher de l'innovation ailleurs, une innovation qui peut venir à elle à travers les espaces de coworking.

Beaucoup d'entreprises ont la capacité de créer des espaces de corpoworking, néanmoins, toutes ne disposent pas de la même ouverture. Créer un espace de coworking comporte des enjeux cruciaux de confidentialité et de partage de culture d'entreprise. C'est pourquoi dans beaucoup de cas, nombre d'entreprises commencent par initier un projet en interne avec la volonté de l'ouvrir peu à peu à l'extérieur. Ce qui est recherché avant tout, c'est le brassage entre les différentes visions et les différentes manières de fonctionner.

Y-a-t-il également des enjeux en matière de sécurité, notamment en ce qui concerne la protection des ressources ?

La question de la sécurité des données est en effet très récurrente. Comment gérer le fait que les salariés vont être entourés d'autres personnes extérieures ? Comment gérer la confidentialité des données ? Au final, le fonctionnement doit être le même que pour les salariés en mobilité. L'entreprise doit mettre à disposition des salariés des outils qui permettent de limiter les risques, mais elle doivent aussi former les salariés à utiliser les données avec précaution dans un terrain non sécurisé. Dès le moment qu'on sort du bureau, la sécurité des données devient un problème.

Il s'agit aussi pour les entreprises de bien identifier les personnes qui ont les capacités d'utiliser les données et de faire en sorte qu'il n'y ait aucune ouverture vers l'extérieur. Plus important, il est nécessaire de déterminer ce qui est vraiment de l'ordre de la confidentialité et ce qui peut apporter de l'innovation en étant confronté à un autre point de vue externe. Le corpoworking doit avant tout rester un espace de travail innovant doublé d'une communauté pour lequel une animation spécifique est mise en place pour faciliter les échanges, l'ouverture et l'innovation. Sans l'animation et sans un état d'esprit "bienveillant" de la part des utilisateurs, vous n'arriverez pas à créer une âme dans le lieu et à en faire un véritable coworking. 

Haut de page

4 Commentaires

INstructif...mais à quel niveau de responsabilité peut'on influencer l'organisation d'une banque ????
Il s'agit d'un marché mondial avec ses règles ?.??

Soumis par ALAIN BERTHOLON (non vérifié) - le 04 juin 2015 à 09h07

Intéressante approche, qui fonctionne en effet. Avec un bémol : innovation dont sont porteurs les consultants ou coworkers est souvent captée voire pillée par les entreprises, sans meme dire merci. Un conseil aux candidats : déposez, brevetée, enregistrez, publiez à notre nom !

Soumis par Schwarzbach (non vérifié) - le 06 juin 2015 à 12h28

Au-delà du saint souhait d'innovation, le corpoworking doit savoir non seulement intégrer le digital / numérique mais également l'évolution des modes de travail tant d'un point de vue organisation (télétravail / télémanagement) que support (COOC par exemple).
Il devient donc crucial de penser de manière structurée toute initiative, en mode AGILE / SCRUM !

Soumis par LEGER (non vérifié) - le 27 juin 2015 à 04h54

Au-delà du saint souhait d'innovation, le corpoworking doit savoir non seulement intégrer le digital / numérique mais également l'évolution des modes de travail tant d'un point de vue organisation (télétravail / télémanagement) que support (COOC par exemple).
Il devient donc crucial de penser de manière structurée toute initiative, en mode AGILE / SCRUM !

Soumis par ericleger - le 27 juin 2015 à 05h05

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas