Le corps humain sera le canal d'interaction du futur

Par 06 avril 2016
La technologie human cable

Le corps humain utilisé comme transmetteur de données entre deux appareils n’est plus de la science-fiction. La technologie du « human cable » est prête et impacterait notamment le retail et la médecine.

On savait déjà que le corps humain pouvait générer de l’électricité, il est également capable de transmettre des données pour créer de l'interaction entre deux terminaux. La technologie « human cable » est en effet apparue en 2010 et s’est concrétisée en 2012, notamment par le biais de la société Ericsson. Présentée lors du CES de Las Vegas, elle était jusqu’à présent à l’état de recherches, mais du côté des chercheurs de l’université suédoise de Linköping, la technologie est désormais prête.

Concrètement, le corps humain possède la capacité de stocker une charge électrique : c’est le « phénomène capacitif ». De ce fait, l’envoi de données par le biais du corps qui transfère une charge électrique fonctionne déjà tout seul. Cependant, le signal envoyé s’atténue presque complètement en chemin, et c’est là que la technologie de l’human cable est nécessaire pour capter ce signal et en exploiter les données. Elle détermine les conditions d’émission et de réception du signal du corps afin de créer un système de connexion ultrasensible.

Pour pousser le domaine encore plus loin, les chercheurs de l’université suédoise ont mis au point un nouveau procédé moins contraignant. Ainsi, plus besoin des gros « bipers » de Microchip qui permettaient simplement l’activation d’objets connectés, aujourd’hui un code barre imprimé suffit à servir d’émetteur, et tout type de récepteurs sont imaginables.

Quelles sont les applications possibles ? Les chercheurs testent notamment leur technologie dans le retail, où le simple touché d’un code barre transmets les données d’un produit vers son téléphone. Une facture se génère automatiquement et l’on peut avoir accès aux caractéristiques du produit. Dans la sphère médicale, c’est le terrain de l’accident qui est exploité : des expérimentations sont en cours pour trouver un système qui permettrait d’une part, la géolocalisation d’une personne accidentée, et d’autre part, la mesure et le transfert de ses paramètres vitaux.

Retrouvez ici la thèse complète de l’Université de Linköping sur la communication couplée du corps.

Photo : Thor Balkhed / Université de Linköping

A lire aussi :

Comment exploiter l'ADN pour stocker des données ?

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas