Les correspondances privées ne sont pas si néfastes pour la productivité

Par 20 avril 2011
Mots-clés : Smart city, Europe
communication en Entreprise

Le temps est à la communication permanente avec les proches, même au travail. Bien que ces usages ne portent pas préjudice à la productivité, les entreprises ont parfois du mal à les accepter.

C'est une idée largement véhiculée par les médias: utiliser les outils de communication à des fins privées sur le lieu de travail, qu'il s'agisse du mobile, de Skype, des SMS, des e-mails, des réseaux sociaux, nuirait à la productivité de l'entreprise. En effet, classiquement, la vie en entreprise tend à isoler l'individu, en tant qu’employé, de sa sphère privée, afin de retenir son attention sur le travail et favoriser son efficacité. Or, selon les recherches menées par Stefana Broadbent, professeur d’anthropologie numérique à l'University College de Londres, et détaillées dans son ouvrage L’intimité au travail (Editions FYP), il semblerait qu’au contraire, l'usage privé des outils de communication n’affecte pas la productivité d’un employé.

Favoriser le bien-être au travail…

En fait, selon Stefana Broadbent, reprocher à un salarié ces utilisations privées a plus à voir avec la relation hiérarchique et la culture d’entreprise qu'avec des considérations économiques. L’argument de la "baisse de productivité" dépend du niveau de qualification des salariés à qui on l'oppose. Des entreprises dont les employés sont titulaires de diplômes d’études supérieures auront tendance à être moins restrictives quant à l’accès Internet ou à l'usage des mobiles. Les organisations hiérarchisées, elles, basent par nature la gestion de leurs personnels sur la supervision. Leur système de production ne favorise pas l’autonomie; elles ont donc tendance à être plus limitatives.

…sans porter préjudice à la productivité

Résultat: moins une organisation est disposée à faire confiance, plus elle sera amenée à contrôler l’usage des moyens de communication. Stefana Broadbent explique également que lorsqu’un employé garde le contact avec des proches depuis son entreprise, où la sphère privée est censée être limitée, cela favorise le développement d’un lien émotionnel important. Cette relation maintient un niveau de solidarité que les salariés ne peuvent pas toujours retrouver dans les relations professionnelles. Cette étude établit, contre toute attente, que les entreprises ont tout à gagner à faire confiance à leurs employés et à assouplir les règles qui régissent les communications privées.

 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas