Création d’un nouveau fonds d’investissement dédié aux PME

Par 13 mars 2003 3 commentaires
Mots-clés : Smart city

Didier Calmels, à l’origine des fonds D&P (11 millions d’euros) et D&P II (13 millions d’euros), destinés aux entreprises en retournement, vient d’annoncer la création de D&P PME, un nouveau fonds ...

Didier Calmels, à l’origine des fonds D&P (11 millions d’euros) et D&P II (13 millions d’euros), destinés aux entreprises en retournement, vient d’annoncer la création de D&P PME, un nouveau fonds d’investissement de 15 millions d’euros, dédié aux PME, composé majoritairement d’une trentaine d’entrepreneurs, dont le président du conseil de surveillance est Georges Jolles, ancien vice-président du MEDEF. Objectif de ce fonds : appuyer le développement de sociétés de taille moyenne. Le fonds D&P PME, détenu à 20 % par la CDC PME, 10 % par la Caisse d’Epargne et 70 % par des entrepreneurs, souhaite investir dans des sociétés en pleine croissance réalisant entre 15 et 30 millions d’euros de chiffre d’affaires. Le fonds d’investissement D&P PME s’engage à investir exclusivement dans des PME dégageant une bonne rentabilité, confrontées à un besoin de financement. Ce dernier peut être généré par deux types de situations : le financement d’une opération de transmission et le financement de la croissance. Dans le premier cas, D&P PME privilégie le rachat de l’entreprise avec effet de levier, soit aux côtés du management en place (LBO), soit en faisant appel à des managers extérieurs (LBI). Le montant unitaire moyen de l’investissement se situe entre 1 et 3 millions d’euros. Les investissements sont réalisés pour une durée moyenne de 5 ans. L’objectif est de désinvestir, soit lorsque la participation a acquis une taille significative dans son secteur et intéresse les grands fonds de capital risque ou les grands opérateurs industriels, soit lorsque la dette d’acquisition est remboursée. D&P PME intervient minoritairement (maximum 40 %). Le fonds organise éventuellement des tours de table avec ses actionnaires ou d’autres investisseurs financiers. (Christine Weissrock – Atelier Groupe BNP Paribas – 13/03/2003)

Haut de page

3 Commentaires

Bonsoir,
Voilà, je suis traductrice interprète trilingue, je parle arabe, français et anglais je voudrais avoir plus de détails sur le domaine. Je pense que dans quelques années, on ne pourra plus se passer des nouvelles technologies qu'offre actuellement la téléphonie mobile, ce qui me désole toutefois, c'est qu'on se donnera plus la peine d'apprendre une langue tant qu'elle sera servie directement sur un plat en or.
Je voudrais que ma recherche pour mon mémoire de master en traduction soit basée sur cet aspect nouveau, si vous pouvez m'envoyer des informations supplémentaires, je vous en serais grée, surtout en ce qui concerne les langues suscitées .
Cordialemnt,
Maha

Soumis par Aggoun maha (non vérifié) - le 28 février 2008 à 21h55

C'EST VRAIMENT ETTONNANT

Soumis par PIERRE LA ROCHE (non vérifié) - le 31 mars 2008 à 21h24

Jajah.com profite de l’ouverture des JO à Pékin pour lancer sa solution de traduction instantanée.

“En partenariat avec IBM, Jajah Babel a créé une solution accessible depuis n’importe quel téléphone pour une traduction instantanée de la voix. Il suffit de parler en anglais et le service va traduire en temps réel dans la langue désirée.

Ce service étant lancé pour les JO, il n’est pour l’instant disponible qu’en anglais et en chinois.”
l homme devien l esclave de la machine effectivement,on ne peu r1...

Soumis par ramzy (non vérifié) - le 10 mai 2009 à 00h15

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas