Création d’un cadre pour conserver l'information numérique dans le futur

Par 21 août 2012
oeil et données

Afin de s'assurer que l'information numérique soit utilisable à l'avenir, indépendamment du lieu et de la manière dont elle est enregistrée et stockée, un projet financé par l'UE a élaboré une architecture de référence.

Avec la multiplicité des formats dans lesquels l’information numérique existe, on peut se demander si ces données seront accessibles dans le futur. D’autant plus que les logiciels et le matériel sont en constante évolution. En outre, la prospérité des générations futures dépend de leur accès à l'information du passé. C’est pourquoi l’Union européenne a décidé de financer le projet SHAMAN qui permet aux individus d’être en mesure d’archiver des informations digitales en sachant qu’elles seront utilisables à l’avenir. Un graal récurrent dans le monde des données. "Les risques de perte de contenu numérique liés à l'obsolescence du matériel et des logiciels peuvent endommager considérablement des ressources d'informations précieuses et ne doivent donc pas être sous-estimés" explique Ruben Riestra, le coordinateur du projet. Celui-ci élabore donc un cadre qui permet de conserver numériquement pratiquement n'importe quel format de données.

Préservation de l’information et vue unifiée

SHAMAN intègre des outils permettant l’analyse, la gestion, l'accès et la réutilisation des données provenant de différentes bibliothèques et archives. Il prend en charge la préservation de l'information, des applications et des services spécifiques qui pourraient se rapporter aux données, y compris par les futures systèmes et technologies. L’«architecture de référence du SHAMAN» (SRA) fournit une vue unifiée de la préservation numérique, et aborde le problème dans une perspective holistique. Pour développer ce cadre, il faut d’abord étudier les pratiques actuelles de conservation numérique afin de créer une architecture qui ne se limite pas à une méthodologie de préservation spécifique. Ainsi, l'équipe qui travaille sur ce projet a analysé les préoccupations spécifiques exprimées par ceux qui utilisent les méthodes actuelles de conservation d'objets numériques dans une variété d'organisations. Elle a également réussi à produire une solution qui simplifie ce travail de conservation pour les entreprises pour lesquelles préserver l’information ne fait pas partie de leurs exigences principales, mais reste néanmoins nécessaire pour la réussite future.

Trois prototypes testés

Puisque les solutions de stockage en mode cloud sont destinées à des utilisations à court terme, l’architecture SHAMAN doit aller au-delà. En effet, la préservation numérique doit faire face aux multiples migrations, et à l'obsolescence du matériel et des logiciels. Trois prototypes ont été testés à ce jour. Développé en association avec la Bibliothèque nationale allemande, le premier a prouvé que l’intégralité du cycle de vie numérique (création, montage, archivage, adoption et réutilisation) pourrait être appliqué aux livres, aux images et aux vidéos. Le deuxième garanti la conformité légale et améliore le temps de sauvegarde. Enfin, le dernier modèle est adapté au secteur de la science, sachant qu’il génère un volume de données considérable.

 

 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas