La croissance française a besoin de technologies

Par 09 juillet 2009 2 commentaires
Mots-clés : Smart city

Le Centre d'analyse stratégique rappelle l'importance d'intégrer de manière harmonieuse les outils numériques à tous les niveaux de la société. Six leviers d'action faciliteront cette adoption.

Les technologies de l'information doivent être mises au centre de la croissance française, sous peine de voir cette dernière stagner. Voilà la conclusion annoncée par le Centre d'analyse stratégique dans une étude. Pour ne pas basculer dans cette éventualité, il a identifié six leviers d'action permettant une intégration harmonieuse à tous les niveaux des TIC à l'horizon 2025. Premières recommandations : l'éducation et la formation. Le but étant de permettre à tous de maîtriser les outils numériques. Cela passera par la généralisation de la technologie dans le système pédagogique, non seulement pour les élèves mais aussi pour les enseignants. Autre piste : l'innovation. Il faudra soutenir la recherche, mais aussi investir dans les logiciels libres, les jeux vidéo, le serious gaming…
Les leviers d’action
Le Centre rappelle aussi la nécessité d'agir à l'échelle européenne. Il propose d’organiser un marché européen unique des produits et des services numériques et d'accorder la priorité aux TIC dans l'Espace européen de la recherche. Dernières pistes évoquées : le renforcement de la confiance, la sécurisation des infrastructures et le déploiement de réseaux alliant acteurs publics et privés. Pour illustrer l'importance d'intégrer la technologie à tous les niveaux de la société, le Centre d'analyse stratégique a élaboré trois scenarii différents de l'évolution de la société selon qu'elle accueille ou non les TIC à son quotidien. Selon lui, une bonne intégration des TIC devra emmener vers le scénario optimal intitulé "Le renouveau". Celui-ci met les technologies et leurs usages au centre de l’activité économique.
La société numérique en 2050
Ce qui entraînerait une régulation internationale importante et un PIB progressant de 2 %. Sinon, l’avenir numérique pourra s’avérer plus sombre. Le scénario intitulé "Cloisonnement" projette la dynamique actuelle : situation macro-économique dégradée, fracture numérique importante et recours modéré aux TIC sur tous les niveaux de la société. Plus pessimiste, le "scénario régressif" envisage un avenir où l’engouement actuel pour le web s’épuise, car peu sécurisé. Résultat : les utilisateurs se retirent de la Toile et le développement numérique stagne. Dans cette hypothèse, le PIB ne croîtrait que de 1,3% par an. Ces conclusions ont été présentées à l'occasion d'une conférence de presse à laquelle L'Atelier était présent.

Haut de page

2 Commentaires

L'EPI a particulièrement apprécié : " 4.2.1. Éduquer et former: ... Dans cette dynamique, il convient d’élever l’enseignement du numérique, des réseaux et systèmes d’information, au rang d’une discipline scientifique à part entière, en s’appuyant en particulier sur l’excellence de l’école mathématique française." (page 35)et la Recommandation à court terme : créer dans l’enseignement supérieur un cursus de formation des enseignants (grade Master) adossé à la recherche et décloisonner la recherche des sciences informatiques vis-à-vis de l’enseignement (page 36). EPI

Soumis par EPI (non vérifié) - le 12 juillet 2009 à 07h04

les utilisateurs se retirent de la Toile et le développement numérique stagne.

Soumis par estetik burun (non vérifié) - le 24 mars 2010 à 22h59

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas