Le crowdsourcing appliqué au bien-être au travail

Par 25 janvier 2016 3 commentaires
Koko, une appli pour gérer son stress au travail

Koko constitue un réseau social permettant à tout employé de partager ses moments de stress et d’obtenir en retour conseils avisés, idées ou autres sages paroles via le crowdsourcing.

Selon des chiffres Nielsen de 2014, 8 Américains sur 10 se disent stressés au travail. Si bien sûr, tout stress n’est pas négatif, on connaît ses conséquences plus que néfastes à court comme à long terme sur l’employé. Or trouver un interlocuteur dans son environnement de travail pour être écouté et apaisé peut faire défaut et la peur de se livrer, bien réelle.

C’est pour lutter contre le phénomène que Robert Morris, ancien étudiant du MIT Media Lab, a créé Koko, un réseau social où chacun peut partager anonymement ses moments de stress au travail mais aussi d’anxiété et de profonde tristesse et recevoir alors des feedbacks - modérés - de la communauté afin de retrouver une forme d’apaisement.

Koko, un réseau social pour gérer son stress au travailL'interface de Koko, une application en crowdsourcing qui permet de gérer son stress au travail

Déjà utilisé par quelques milliers de personnes dans plus de 130 pays, Koko repose, au même titre que Wikipédia ou encore Quora, sur l’intelligence collective, proposant alors une sorte de mini « thérapie cognitive crowdsourcée » selon les propos du magazine psfk. Ainsi, si un utilisateur ressent le besoin libérer son coeur et sa tête, il peut via Koko publier un statut décrivant son état, il est également invité à fournir des éléments de contexte, une description nécessaire pour être conseillé au mieux. Les outils digitaux, smartphone couplé au crowdsourcing dans notre exemple, favoriseraient donc non seulement l’optimisation de la performance des employés  mais révèlent aussi une véritable capacité à promouvoir le bien-être en entreprise.

Haut de page

3 Commentaires

A faire suivre à tous

Soumis par Karl (non vérifié) - le 26 janvier 2016 à 10h28

Ne pas supprimer la cause du stress ne peut que générer plus de stress. Gérer le stress en interne est une façon de le cacher. Nous n'en sommes plus à l'époque des années 90. Aujourd'hui le salariat disparait, on parle de mobilité, de robotisation. Nous savons, avec l'accumulation de faits et d'études faites depuis 200 ans, que cette modernité est toxique, mortifère. Ce système n'est plus, n'a jamais été, humainement ni économiquement viable. Il y a maintenant deux courants, ceux qui pensent qu'on ne peut s'attaquer à ce système frontalement mais seulement par pans. Et d'autres qui pensent qu'il va s'effondrer tout seul, rapidement, il n'y a qu'a attendre. Le Bhoutan avait créé l'indice de Bonheur National Brut pour calculer le bien-être de sa population. Cet indice est catastrophique dans la plus part des pays dit civilisés.

Soumis par Bouais Mathieu (non vérifié) - le 26 janvier 2016 à 15h16

en cas de stress au travail, c'est d'abord aux modifications du management pathogène auxquelles il faut penser collectivement ! voir La prévention du stress au travail : http://www.officiel-prevention.com/protections-collectives-organisation-ergonomie/psychologie-du-travail/detail_dossier_CHSCT.php?rub=38&ssrub=163&dossid=266

Soumis par dimitri2 (non vérifié) - le 12 février 2016 à 12h31

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas