Le crowdsourcing assure la qualité des applications pour mobile

Par 16 février 2010 1 commentaire
Mots-clés : Smart city

Mob4Hire propose à des volontaires de tester des applications avant leur mise sur le marché. Ces derniers sont payés en fonction du temps passé à l'essai.

Pour éviter aux développeurs le risque de mettre sur le marché une application inaboutie, Mob4Hire propose de recourir au crowdsourcing pour effectuer tests et études marketing. "Le système agit comme un courtier mettant en relation développeurs et utilisateurs", explique à L'Atelier le président de Mob4Hire Paul Poutanen, à l'occasion du Mobile World Congress. Le fonctionnement est simple : les développeurs soumettent leur application et le processus de test désiré sur la plate-forme du site. Ils peuvent ensuite choisir le type de téléphones et les pays dans lesquels ils veulent mener la phase de test. Les testeurs vont ensuite faire des propositions en fonction de la masse de données à télécharger et du temps que prendra le test.
Les testeurs proposent, les développeurs disposent
"Par exemple ils pourront estimer qu'un test d'une heure nécessitant 5Mbites de mémoire coûtera 30 dollars", explique l'entrepreneur canadien. Les développeurs choisissent alors les testeurs qui répondent le mieux à leurs critères. Les volontaires commencent la phase de test immédiatement après avoir été désignés, ce qui assure un retour rapide. A la fin de l'essai, les développeurs sont invités à noter la qualité des testeurs, assurant ainsi une certaine qualité de service. Ces derniers sont payés en fonction du tarif convenu, auquel s'ajoute la part de l'intermédiaire. "Un test typique coûte entre 20 et 40 dollars par testeur et fait appel à une quinzaine de testeurs", explique le responsable.
100 000 testeurs d'ici cet été
Cette phase d'essai permet de trouver les bugs ou les anomalies encore apparentes, mais pas uniquement. "Puisqu'il s'agit de vrais utilisateurs utilisant leur propre mobile, on peut également leur poser des questions plus orientées marketing", poursuit Paul Poutanen. "Par exemple combien il serait prêt à payer pour une telle application, s'ils la recommanderait à leur amis, etc.". En fonction de tout cela, les développeurs peuvent choisir de retravailler leur application pour assurer un lancement réussi. Pour trouver ses testeurs, Mob4Hire passe des annonces en ligne et sur mobile. Objectif : trouver les "early adopters", cette catégorie d'utilisateurs qui s'intéresse aux nouveautés et influence souvent le reste des consommateurs. "Nous pensons atteindre le chiffre de 100 000 testeurs d'ici à cet été", s'enthousiasme Paul Poutanen.

Haut de page

1 Commentaire

Ce que vous décrivez là est du beta testing tout ce qu'il y a de plus classique (à part la rémunération, qui ne va certainement pas améliorer la qualité des testeurs) et n'a rien à voir avec du crowdsourcing.Encore un malheureux exemple de tentative de surf sur les concepts à la mode...

Soumis par Patrice (non vérifié) - le 16 février 2010 à 16h41

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas