La cyber-criminalité rapporte plus que l'industrie antivirale

Par 29 novembre 2005
Mots-clés : Smart city

Eugène Kapersky, spécialiste de la cybercriminalité, publie une étude qui montre que la cybercriminalité rapporte plus que l'industrie antivirale. Les pertes de l'économie mondiale dues aux...

Eugène Kapersky, spécialiste de la cybercriminalité, publie une étude qui montre que la cybercriminalité rapporte plus que l'industrie antivirale. Les pertes de l'économie mondiale dues aux cybercriminels dépassent 10 milliards de dollars chaque année.

La difficulté est d'estimer les revenus de la cybercriminalité alors qu'on ne peut avoir conscience de l'étendue du phénomène étant donné qu'ils ne sont pas tous arrêtés. Mais, selon Eugène Kaspersky, elle se chiffre en milliards de dollars.

Les actes de criminalité sur Internet devraient continuer à se développer avec l'usage du Web. Plus les internautes seront nombreux, plus les criminels du net se multiplieront. On l'a vu, au moment des désastres causés par Katrina, la cybercriminalité est partout.

"L'année dernière fut la première année au cours de laquelle les recettes du cybercrime ont été plus importante que les recettes tirées de la vente de drogue, et elles dépassaient, me semble-t-il, les 105 milliards de dollars", a expliqué Valérie McNiven, conseiller en cybercrime au Département américain du Trésor, à Reuters. Les fraudes sur Internet passent par de nombreux canaux. Les appels aux dons factices, le phishing, les pièces jointes ne sont que des variantes d'un phénomène globale aux multiples facettes.

(Atelier groupe BNP Paribas - 29/11/05)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas