"Cyber Monday", quand l’Amérique consumériste se met on-line

Par 01 décembre 2006

Comme tous les non Américains, vous n'avez pas la moindre idée de ce que peut bien être le "Cyber Monday"... Pas beaucoup plus que le "Black Friday"! Et si je...

Le contexte
 
Comme tous les non Américains, vous n’avez pas la moindre idée de ce que peut bien être le "Cyber Monday"… Pas beaucoup plus que le "Black Friday" ! Et si je vous parle de Thanksgiving, alors ?
Thanksgiving, la fête familiale par excellence outre-Atlantique se déroule le quatrième jeudi de novembre (le 23 novembre cette année). Même si Noël reste probablement une fête essentielle aux Etats-Unis, il faut garder à l’esprit que de nombreuses minorités ne fêtent pas le Noël chrétien. Alors que Thanksgiving est une fête de partage, originellement pour remercier les Amérindiens de leur aide et de leur accueil, et ensuite pour remercier Dieu. Thanksgiving est associé à un moment de partage avec la famille et les amis, ce qui en fait une fête qui touche toutes les populations des Etats-Unis et une des dates les plus chères pour les billets d’avions...
 
Après avoir dîné d’une dinde fourrée accompagnée de pommes de terres arrosées de sauce aux airelles et d’une bonne tarte à la citrouille, nos camarades Américains prennent en général un (de leur rare) jours de congé le vendredi. C’est ce jour de congé qui sépare Thanksgiving du week-end qui porte le nom de "Black Friday" ou "Vendredi Noir".
 
En effet, la tradition veut que les commerçants américains aient leurs comptes dans le rouge jusqu’à ce que ce vendredi de forte affluence dans les magasins leur permette de faire des bénéfices. Il était courant que pour ce premier jour de shopping de Noël les commerçants attirent les clients avec des rabais alléchants. Cette pratique s’est généralisée au point de devenir un jour de solde dans tous les magasins américains. On peut regretter qu’une telle pratique n’existe pas en Europe, les soldes ayant lieu en janvier, trop tard pour acheter des cadeaux de Noël moins chers… Autant dire que ce "Black Friday" aux Etats-Unis est LE jour à ne pas manquer. Ce qui a pour inconvénient de donner lieu à des scènes dignes de la veille des soldes chez Harrod’s ou de la nuit précédent la sortie du nouvel Harry Potter : files d’attentes devant les magasins, cohues, etc... Certains magasins vont même jusqu’a ouvrir leurs portes a 5 heures du matin !
  
Quid du "Cyber Monday" ?
 
Pour ceux qui voudraient digérer leur dîner de Thanksgiving tranquillement devant un bon film ou se laisser aller à passer du temps avec la famille ou les amis parfois venus de loin le vendredi, la Fédération du Commerce a inventé en 2005 le "Cyber Monday". Cette année-là, Scott Silverman, Directeur Exécutif de shop.org (la branche de la Fédération des Détaillants en charge des commerçants on-line) annonçait la création du "Cyber Monday" créant ainsi l’équivalent on-line du "Black Friday". Les mauvaises langues diront qu’il ne s’agit que d’un moyen de promouvoir le commerce en ligne et que le lundi suivant Thanksgiving n’était certainement pas le jour de plus grosse affluence sur les sites marchands… Ce dont ne se cache pas vraiment shop.org, précisant cependant que statistiquement, de nombreux sites enregistrent leur plus grosse journée lors du "Cyber Monday".
 
Comme leurs compagnons de l’économie "réelle", les cyber-marchands vont à la pêche aux consommateurs à grand renfort de promotions ou d’offres spéciales sur Internet. Les clients seront d’autant plus sensibles cette année aux petits bugs techniques ou a la longueur d’affichage que le nombre de e-marchands augmente. D’ailleurs les grands groupes tentent de profiter de cet engouement pour générer plus de trafic sur leurs sites web. Tentant ainsi de familiariser et de fidéliser les consommateurs afin que ceux ci n’utilisent pas uniquement les sites pour chercher des articles ou des informations mais achètent en ligne. Gap, Circuit City Strores ou encore Wal-Mart vont rivaliser d’offres uniquement disponibles sur le Web et donner ainsi le coup d’envoi de la  "e-Holiday Shopping Season. Même si la peur du "phishing" est dans tous les esprits, les ventes sur Internet pour la Holiday Shopping Season pourraient connaître une hausse de 18% pour atteindre 32 millions de dollars (étude Jupiter Research, octobre 2006).

"Cyber Monday", mythe ou réalité ?
 
En 2005, le "Cyber Monday" a certes été un jour de pointe pour le commerce on-line mais seulement au 9ème  rang des jours de plus forte affluence. Même si le "Cyber Monday" n’est pas le plus gros jour de vente sur Internet, le "Black Friday" n’arrivait même pas l'an passé dans les 5 premiers jours de vente en volume. Doit-on condamner la Fédération des Détaillants qui, via sa branche dédiée au commerce en ligne, tente de créer un jour de buzz commercial en ligne ? Finalement, après avoir passé le week-end de Thanksgiving à tenter d’acheter des cadeaux de Noël dans un Mall (le centre commercial local) surpeuplé, rien d’étonnant à ce qu'en arrivant au bureau  le lundi le consommateur, frustré du week-end, ne se transforme en e-consommateur ! Que cette journée enregistre alors une hausse de trafic et de vente n’a rien de surprenant et si les commerçants proposent des promotions spécifiques pour leurs clients ce lundi en particulier on peut imaginer que ce n’est pas par altruisme… Rappelons quand même qu’historiquement, le jour de Thanksgiving était le dernier jeudi du mois de novembre et que c’est le Président Roosevelt qui, en 1939, décida d’avancer la date d’une semaine pour laisser plus de temps aux commerçants de vendre avant Noël…
Mais si la folie consumériste vous écœure, vous pouvez rejoindre les rangs de ceux qui après le canadien Ted Dave supportent le  "Buy Nothing Day", qui deviendra peut être bientôt un "Cyber Buy Nothing Day" ?  
 
Guillaume Degroisse
A San Francisco pour L'Atelier
 
(Atelier BNP Paribas – 01/12/2006)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas