Où en sont les cybercafés deux ans et demi après ? Etudiants ou

Par 17 novembre 1997

professionnels, jeunes ou moins jeunes, faute d'être équipés à domicile, continuent de remplir régulièrement les cybercafés, faisant parfois office de formateurs "on voit des adultes désemparés deva...

professionnels, jeunes ou moins jeunes, faute d'être équipés à domicile,
continuent de remplir régulièrement les cybercafés, faisant parfois office
de formateurs "on voit des adultes désemparés devant la souris, des
étudiants en DESS qui ne savaient pas saisir un texte sur un clavier". Le
premier cybercafé à avoir ouvert ses portes en France à Paris fut le Café
Orbital. D'après l'IRGB Net Café de Lille, 80 % des utilisateurs sont des
débutants. Les hommes fréquentent davantage les Cybercafés que les femmes
"les hommes se promènent davantage sur le Web, alors que les femmes
viennent d'abord pour le courrier électronique". Ces lieux sont également
fréquentés assidûment par les étudiants étrangers, utilisateurs souvent
chevronnés, ceux-ci communiquant avec leurs proches par courrier
électronique. Ainsi, parmisces "consommateurs", le café Orbital compte
près de 90 % d'étrangers. On trouve dans ce café, à deux pas du Quartier
latin, beaucoup d'expatriés en provenance d'Amérique du Nord et d'Amérique
latine. Bientôt, un PC avec interface en japonais y sera également
installé. Si presque tous les cybercafés proposent une adresse sur place,
certains cafés disposent aussi de webcams pour dialoguer en
visioconférence. En deux ans et demi, le nombre de cybercafés a cependant
diminué de 20 %. Ceux qui restent ont élargi leurs activités. Ils
accueillent des entreprises qui louent la totalité de l'établissement pour
quelques heures. Eric Romang (Net Café de Lille) propose du conseil et de
la formation "un cybercafé ne peut se rentabiliser en ne proposant que des
accès Internet. En revanche, c'est un lieu propice à la formation au Net
et aux nouvelles technologies de l'information". Certains cybercafés
vendent même des logiciels ou des périphériques informatiques ou proposent
des jeux en réseau. D'autres, comme le Planet Bowling de Lomme (Nord) se
livrent à une tout autre activité, on peut ainsi voir 16 pistes de bowling
côtoyer les six Macintosh. En revanche, les tarifs de l'accès en
libre-service sont restés stables allant de 45 à 60 F par heure. Des
formules d'abonnement et parfois des prix réduits pour leur meilleure
clientèle, les étudiants, sont également proposés.
(Liste européenne des cybercafés :
http://www.xs4all.nl/-bertb/cybercaf.html)
(Supplément Télé-Radio-Multimédia - Le Monde - 16/17/11/1997)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas