Les Cybercendrillons trouvent leurs princes charmants

Par 06 mars 2009
Mots-clés : Smart city

Cinq grandes entreprises de l'Internet et des télécoms adoptent un code de meilleures pratiques pour remédier à la pénurie de main d'oeuvre féminine.

Rendre les emplois techniques plus attrayants pour les femmes et valoriser leur talent. Ce sont quelques-uns des objectifs que se sont fixés Alcatel-Lucent, IMEC, Orange, Microsoft et Motorola. Ces fournisseurs ont adopté un code de conduite favorisant l'embauche des "Cybercendrillions" (femme travaillant dans les nouvelles technologies). L'intérêt ? Le secteur des technologies de l'information et de la communication se prépare à une pénurie de quelque 300 mille ingénieurs d'ici l'année prochaine. Ce chiffre se double d'un autre constat : seul un informaticien sur cinq est une femme. Pour équilibrer ces chiffres et répondre à la demande de travail, le code cherche à intéresser les jeunes filles des cycles secondaire et supérieur aux hautes technologies.
Un code qui favorise les actions en amont
Un des autres buts est de retenir les femmes qui y travaillent déjà et favoriser leur carrière. Les cinq partenaires se fixent des engagements, comme la création de laboratoires et de clubs informatiques destinés aux demoiselles. Des programmes de parrainage seront mis en place pour que les femmes en congé maternité restent informées des évolutions technologiques. Des horaires flexibles pour conjuguer travail et vie de famille seront aménagés. Pour favoriser l'embauche, des forums et des réseaux simplifieront la recherche. Finalement les entreprises s'engagent à définir des objectifs pour promouvoir l'embauche et la promotion des femmes à tous les niveaux professionnels.
Un impact européen
Ce code est issu de l'initiative "Shadowing" (observation en situation de travail) lancée en 2007. Une étudiante suit, durant une journée, une professionnelle ayant réussi dans le secteur des TIC. La signature de ce code de meilleures pratiques en faveur des femmes devient une action européenne. Viviane Reding, membre de la Commission chargée de la société de l'information espère voir de nombreuses entreprises se joindre à cette action. Une vidéo intitulée "ICT is wicked" promouvant l'observation au travail des femmes sera diffusé dans les écoles et disponible en ligne.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas