La cybersécurité commence par l'utilisateur

Par 30 octobre 2009

Les Américains sont conscients que se protéger des menaces Internet ne passe pas que par des logiciels dédiés. Mais aussi par des habitudes personnelles à adopter. Bémol : cette profession de foi est peu suivie dans les faits.

Aux Etats-Unis, les citoyens prennent conscience que la sécurité sur Internet dépend aussi de leur comportement. C’est ce qui ressort d’une étude* menée par l’Alliance Nationale sur la Cyber Sécurité en partenariat avec Symantec. Selon elle, près de 90 % des Américains ont le sentiment qu’ils sont les premiers responsables de la sécurité de leurs données. Ils sont également quatre sur dix à considérer que les internautes individuels jouent un rôle primordial dans la sécurité de l’Internet tout entier. Pour autant, l’étude note qu’il reste encore une étape à franchir pour que cette prise de conscience se traduise en actes. "Les Américains ont une attitude vis-à-vis de la cybersécurité qui s’améliore", note Michael Kaiser, directeur exécutif de la NCSA.
Une gestion laxiste des mots de passe
"Mais ils doivent continuer à progresser et à intégrer la cybersécurité jusqu’à ce que cela devienne une seconde nature". Ils sont ainsi moins d’un tiers à effectuer une sauvegarde électronique hebdomadaire de leurs fichiers importants. Mensuellement, ce chiffre dépasse péniblement les 50 %. C’est très peu quand on sait que les photos, la musique, les informations bancaires ou les déclarations d’impôts sont stockées de manière croissante dans les ordinateurs. Un risque accru par un certain laxisme vis-à-vis de la gestion des mots de passe. Moins d’un quart des personnes interrogées en change tous les trois mois. Pire : plus de la moitié des Américains n’en change jamais. Sans compter que 40 % utilise un mot de passe identique pour leurs différents comptes en ligne.
Une question d’éducation avant tout
Pour les responsables de l’étude, c’est avant tout une question d’éducation. "Développer de bonnes habitudes et rester conscient des menaces est primordial", explique-t-on chez Symantec.A l’heure actuelle, à peine un cinquième des Américains se sent capables de déterminer si un site est fiable ou non. Pas étonnant quand on sait qu’un peu plus d’un tiers seulement a reçu une quelconque formation sur la sécurité informatique. Ce manque de connaissance mène à une méfiance toujours plus grande envers Internet. A peine plus de 5 % estime que le web est plus sûr cette année qu’il ne l’était en 2008.
* L’étude se base sur un sondage effectué auprès de 3500 Américains.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas