DADVSI : Apple évoque le piratage "sponsorisé par l'Etat" !

Par 22 mars 2006
Mots-clés : Amérique du Nord, Europe

En ratifiant hier le texte du projet de loi sur le droit d'auteur et les droits voisins dans la société de l'information (DADVSI), les députés ont validé contre l'avis du gouvernement, un...

En ratifiant hier le texte du projet de loi sur le droit d'auteur et les droits voisins dans la société de l'information (DADVSI), les députés ont validé contre l'avis du gouvernement, un amendement stipulant que les fournisseurs de DRM (Digital Rights Management, ou mesures techniques de protection contre la copie doivent donner "l'accès aux informations essentielles à l'interopérabilité". Cette mesure n'est pas précisément du goût d'Apple, qui estime qu'elle va " encourager un piratage sponsorisé par l'Etat".
 
Les différentes plateformes de téléchargement payant de musique et les fabricants de baladeurs sont donc théoriquement tenus de s'entendre pour que le consommateur final puisse s'approvisionner où il le souhaite en musique numérique sans risquer de se heurter à des problèmes d'incompatibilité entre les formats propriétaires.
 
Apple, dont l'iPod s'est imposé comme le numéro un mondial des baladeurs numériques, tire grand profit de la compatibilité exclusive entre son appareil et sa plateforme de vente de musique, l'iTunes Music Store. En l'état, la loi pourrait contraindre Apple à modifier son baladeur pour que celui accepte d'autres types de protection que FairPlay, le DRM maison. Il faudrait également que les titres en vente sur iTunes ne soient plus exclusivement compatibles avec l'iPod mais lisibles sur n'importe quel baladeur.
 
"L'application par la France de la directive européenne sur le copyright aboutira à du piratage parrainé par l'Etat", a déclaré Natalie Keris, porte-parole d'Apple citée par Reuters. "Si cela se produit, les ventes légales de musique vont s'effondrer alors même que des alternatives légales au piratage commencent à prendre auprès des clients".
 
"Les ventes d'iPod vont sans doute augmenter car les utilisateurs pourront librement stocker sur leur iPod de la musique 'interopérable' qui ne pourra pas être protégée correctement", ajoute-t-elle encore, oubliant que bon nombre d'iPod sont d'ores et déjà remplis de morceaux "interopérables", privés de DRM, puisque téléchargés illégalement sur Internet. Avec des iPod de 60 Go, pouvant contenir près de 15 000 morceaux, il serait illusoire de penser que la musique ne provient que d'iTunes, en dépit de ses quelque 80 % de parts de marché aux Etats-Unis.
 
Apple subit déjà de nombreuses pressions au sujet de cette compatibilité exclusive entre l'iPod et iTunes. VirginMega avait d'ailleurs saisi le Conseil de la concurrence en 2004, mais sans succès. Si, pour se conformer au DADVSI, Apple acceptait d'ouvrir son système en France, d'autres pays pourraient se mettre en tête d'exiger la même chose. Un risque que la marque à la pomme ne tient sûrement pas à courir...
 
(Atelier groupe BNP Paribas - 22/03/2006)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas