DailyMotion conclut un partenariat avec des producteurs indépendants

Par 22 décembre 2006
Mots-clés : Future of Retail

La plate-forme française de partage de contenus vidéo vient de signer un accord avec la SPPF (Société civile des Producteurs de Phonogrammes en France). Ainsi, des producteurs indépendants vont...

La plate-forme française de partage de contenus vidéo vient de signer un accord avec la SPPF (Société civile des Producteurs de Phonogrammes en France). Ainsi, des producteurs indépendants vont mettre gratuitement et légalement à disposition des internautes des clips musicaux sur le site Dailymotion.com à partir de janvier prochain et ce, pour un an.
 
Cela faisait plus d'une année que la SPPF et DailyMotion étaient en pourparlers. La société civile souhaitait en effet éclaircir les conditions d'accès à ses clips musicaux. Finalement, ses vidéos seront proposées en streaming et la SPPF sera rémunérée grâce à la publicité. Celle-ci se fera sous forme de bannières sur la page d'accueil ou par l'intermédiaire d'un petit spot de six secondes diffusé avant le clip.
 
Ainsi, cette société, qui représente de nombreuses maisons de disques indépendantes (Wagram Music, Harmonia Mundi, Naïve, Because Music, Victorie Music, etc.), va mettre à la disposition des internautes près de 9 000 clips vidéos, des années 80 à aujourd'hui. Pourtant, toutes les vidéos ne seront pas mises en ligne en même temps, certaines procédures techniques prenant un certain temps.
 
Pour DailyMotion, cet accord avec des producteurs indépendants permet de mettre en avant sa volonté de participer à la mise en place d'offres de contenus légaux : "[...] Le catalogue de la SPPF est un formidable exemple de diversité culturelle. [DailyMotion souhaite] coopérer avec les ayants droit et les propriétaires des œuvres et partager avec eux les revenus générés par leurs productions", a déclaré Benjamin Bejbaum, un des co-fondateurs de DailyMotion, dans un communiqué.
 
De son côté, la SPPF souhaite trouver grâce à ce partenariat un autre mode de diffusion de ses œuvres tout en générant de nouvelles rentrées d'argent. A cet effet, Jérôme Roger, le directeur général de la SPPF, a souligné que la "3G et Internet constituent une formidable vitrine d'exposition des œuvres [...]".
 
L'autre grande plate-forme d'échange de contenus vidéo, YouTube, a, par ailleurs, déjà commencé à expérimenter la diffusion de contenus vidéo légaux en concluant des accords avec Universal Music, Sony BMG, Warner Music et le groupe de télévision CBS.
 
Anne Confolant pour L'Atelier
 

(Atelier groupe BNP Paribas – 22/12/2006)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas