La danse de l'abeille aiguille les serveurs

Par 20 novembre 2007

Une nouvelle technique décuple les capacités des serveurs Internet. Elle s'inspire de la stratégie déployée par ces hyménoptères pour trouver le maximum de sites à butiner et en informer leurs congénères.

Après la réutilisation du phénomène de l’auto-assemblage des atomes pour réaliser des composants informatiques, c’est au tour des serveurs Internet de s’inspirer d’un phénomène naturel : celui mis en place par les abeilles pour trouver en un temps record les meilleurs sites à butiner. But de la manœuvre : disposer de serveurs capable de répondre en temps réel aux besoins des sites en puissance de calcul. Le dispositif imite la stratégie de la danse qui permet aux abeilles de dépêcher en permanence un petit nombre de consœurs à la recherche des meilleures fleurs puis d’en informer les autres grâce à une chorégraphie indiquant l’endroit exact où se trouve le pollen.

Faire appel aux serveurs disponibles

Un concept qui, appliqué à l’informatique, permet de migrer d’un site à l’autre en quelques minutes, sans passer par un centre de commande ralentissant souvent les processus de décision. Pour rendre les serveurs aussi performants, des chercheurs du Georgia Tech ont ainsi développé une piste de danse virtuelle pour les réseaux de serveurs. Quand un serveur reçoit une requête pour un site web, un signal interne se déclenche sur la piste qui informe l’ensemble des serveurs disponibles de la nécessité d’intervenir. La durée du signal dépend des besoins du site. Pour le moment, un nombre défini de serveurs est généralement attribué à un site ou à un client. Le tout, souvent en nombre insuffisant.

Une meilleure répartition des forces de calcul

En effet, il est très difficile de connaître avec précision la fréquentation moyenne d’un site, qui fluctue selon le nombre de connexions mais aussi selon le comportement des internautes (regarder une vidéo, réaliser un achat…). Ce qui entraîne une fréquente congestion des sites, notamment marchands, qui empêche les internautes et les clients de se connecter. Au contraire, d’autres sites bénéficient parfois de serveurs en trop grand nombre par rapport à la puissance de calcul nécessaire pour en assurer le bon fonctionnement. Le nouveau système permet de répartir les capacités des serveurs selon les besoins des sites. Selon les chercheurs, le dispositif améliore jusqu’à 25 % la performance d’un site.
L’Atelier groupe BNP Paribas

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas