Les data centers et le cloud pèsent sur les dépenses de logiciels

Par 04 juillet 2014
Dépenses IT

Les dépenses dans le secteur de l’informatique connaîtront une croissance modérée en 2014 avec des segments plus ou moins dynamiques, touchés par l’émergence d’offres low-cost et cloud.

Les dépenses en informatique en 2014 devraient enregistrer, selon les dernières estimations du cabinet d’études Gartner, une hausse de 2,1% sur un an glissant, soit un total de 3 700 milliards de dollars. Comparé aux 3,2% de croissance en 2013 par le cabinet, le rythme diminue. Selon Gartner, la croissance a été freinée par les taux quasi-stables des systèmes de data center et des services telecoms (respectivement 0,4% et 0,7% en 2014 pr rapport à 2013). Une situation liée à l’apparition de nouveaux modèles économiques et les alternatives aux systèmes informatiques existants. Mais le rythme global des dépenses devrait être plus soutenu d’ici à 2015 dans tous les segments de l’informatique car la consommation atteindra un meilleur équilibre d’après Richard Gordon, Président manager chez Gartner.

Les fournisseurs de logiciels, grands gagnants

Le taux de croissance le plus élevé concerne les entreprises qui développent des logiciels. Avec près de 7%, les entreprises de software seraient à l’origine de 321 milliards de dollars dépensés pour l’année 2014. Cette croissance, plus forte que prévue résulte du  mouvement du “big data” et les initiatives de numérisation menées par les entreprises et autres organismes. C’est l’adoption des systèmes de gestion de base de données, ou SGBD, sur le marché des logiciels qui impacte fortement cette croissance. De leur côté, les services informatiques pourront prétendre à une croissance de 3,8% en 2014 pour atteindre 967 milliards de dollars. Ce chiffre relativement faible est dû à la cannibalisation par les offres en cloud des services d’outsourcing traditionnels et des services d’implémentation. En effet, les acheteurs et investisseurs en informatique s’intéressent plus facilement aux projets à taille humaine dans lesquels ils peuvent avoir confiance et privilégient les marges qu’ils peuvent se faire plutôt que de chercher des nouveaux segments de croissance.

L’impact des offres low-cost et des services cloud

Après une année 2014 quasiment stable, les centres de gestion des données devraient rebondir avec une croissance de 2,9% en 2015. En revanche, avec 140 milliards de dollars prévus, les dépenses dans les data centers sont attendues de manière modeste car les plateformes low-cost ont émergé et attiré les entreprises. Le marché des serveurs a également été touché par les offres de services plus attractives via le cloud. Ainsi, ces alternatives low-cost et cloud ont bouleversé les services des opérateurs de télécoms qui ont généré des dépenses de 1 635 milliards de dollars pour une croissance de 0,7% entre 2013 et 2014. Les consommateurs utilisent de moins en moins les services de messagerie et appels téléphoniques pour se tourner vers les services OTT. Leur revenu par abonné (ARPU) devrait ainsi chuter de 10% par an jusqu’à 2018.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas