La date de mise en circulation des billets et des pièces ne sera pas modifiée.

Par 19 janvier 1999

L'Euro 11 vient de donner un avis négatif à la proposition de Jean-Jacques Viseur, le ministre belge des Finances, d'avancer de trois mois la date de mise en circulation de l'euro. De "l'avis larg...

L'Euro 11 vient de donner un avis négatif à la proposition de Jean-Jacques
Viseur, le ministre belge des Finances, d'avancer de trois mois la date de
mise en circulation de l'euro.
De "l'avis largement majoritaire", Dominique Strauss-Kahn a déclaré qu'il
ne fallait rien changer, tout en reconnaissant qu'une étude avait été
demandée à la Commission sur ce sujet "l'intérêt suscité par le lancement
de l'euro amène certains à se demander pourquoi il faut attendre trois
ans. On connaît les réponses et les arguments n'ont pas changé. L'une des
réussites de l'euro, c'est que les dates ont été annoncées à l'avance et
qu'elles ont chaque fois été respectées".
Le commissaire européen en charge des Affaires monétaires, Yves-Thibault
de Silguy a rappelé les inconvénients d'un lancement anticipé : les chefs
d'Etat et de gouvernement des Quinze avaient fixé ce délai de trois ans
pour donner le temps aux banques centrales et aux hôtels des monnaies de
fabriquer pièces et billets "les entreprises se sont préparées en fonction
de ce calendrier. Un changement pourrait remettre en cause cette
planification et leur créer des coûts supplémentaires".
(Les Echos - le Figaro - 19/01/1999)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas