De nombreux dirigeants se sont convertis à Internet.

Par 16 juin 1999
Mots-clés : Smart city

Selon la récente étude réalisée auprès des cadres supérieurs de grandes entreprises dans le monde par Andersen Consulting, 95 % des cadres supérieurs des grandes entreprises françaises disposaient e...

Selon la récente étude réalisée auprès des cadres supérieurs de grandes
entreprises dans le monde par Andersen Consulting, 95 % des cadres
supérieurs des grandes entreprises françaises disposaient en 1998 d'un
accès à Internet. Toutefois, seuls les trois quarts d'entre eux s'y
connectaient au moins une fois par semaine, quatre sur dix déclaraient mal
maîtrisé cet outil.
Entre 1997 et 1998, le pourcentage dans le monde de PDG, de directeurs
financiers, de directeurs des systèmes d'informations et autres cadres
supérieurs bénéficiant d'un accès à Internet est passé de 90 % à 92 %. Les
deux tiers d'entre eux avaient accès à Internet sur leur lieu de travail
et à leur domicile.
83 % disposant d'un accès Internet se sont connectés en 1998 au moins une
fois par semaine, contre 71 % en 1997. 90 % pour les Canadiens et les
Américains, 73 % pour les cadres supérieurs français, contre 56 % en 1997.
Alors que seuls 36 % des cadres dans le monde s'y sentaient à l'aise en
1997, ils étaient 50 % en 1998 à estimer maîtriser l'outil.
99 % des cadres supérieurs canadiens se connectaient en 1998 à
l'Internet, suivis par les Américains et les Australiens (98 %). Viennent
ensuite, les Britanniques (97 %), les Français et les Espagnols (95 %),
les Italiens (90 %), les Allemands (82 %), puis les Japonais (78 %).
En 1998, 56 % des dirigeants français utilisaient le web pour obtenir des
informations ou des services sur des voyages. Alors que 65 % de leurs
homologues américains pratiquaient le commerce électronique, seuls 28 %
des cadres français ont acheté en ligne.
Les services en ligne les plus recherchés par les cadres supérieurs dans
le monde sont les informations sur les sociétés (79 %), l'information
générale (78 %), l'e-mail dans un cadre professionnel (76 %) et l'aide à
l'investissement (72 %). Les chat rooms arrivent très loin derrière (7 %
seulement).
Alors que 22 % des dirigeants américains et environ 15 % des Canadiens,
des Australiens et des Espagnols ont utilisé en 1998 un service de trading
en ligne, seuls 3 % des cadres français y ont eu recours.
(Dossier de deux pages - Le Quotidien du Multimédia - 14/06/1999)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas