De plus en plus de magazines urbains sont présents sur Internet. Tout en

Par 08 août 1997

saluant le lancement de son premier magazine urbain en ligne, Sidewalk à Seattle, suivi depuis de New York et en attendant San Francisco, l'éditeur du New York Times, Arthur O. Sulzberger constatait...

saluant le lancement de son premier magazine urbain en ligne, Sidewalk à
Seattle, suivi depuis de New York et en attendant San Francisco, l'éditeur
du New York Times, Arthur O. Sulzberger constatait "Microsoft est en
concurrence avec chacun d'entre nous, pour l'attention des lecteurs et les
dollars de la publicité". S'inspirant des "gratuits" hebdomadaires
comportant aussi bien des critiques gastronomiques et revues de films que
l'annonce de concerts, d'évènements sportifs et culturels dans la ville,
le modèle de Sidewakl est simple "nous offrons une réponse à l'éternelle
question : que fait-on ce soir ?". Bien sûr, il pénètre sur le marché de
la publicité locale dont les revenus s'élèvent à près de 34 milliards de
dollars (217 milliards de F) pour la presse américaine. Avec Digital City,
American On Line couvre plusieurs dizaines de villes sur son réseau et au
moins quatre sur l'Internet. City Search, autre intervenant récent,
présent dans sept villes nord-américaines souhaite couvrir une trentaine
de villes d'ici la fin de l'année. Il s'adresse à plus de 200 000
habitants équipés d'un ordinateur, ayant accès à l'Internet, par exemple à
Nashville.
Plus du tiers des journaux américains est déjà en ligne. Opérant sous
l'aile de Digital City, le Chicago Tribune a ses propres journalistes.
City View a été créé par le groupe propriétaire du Dallas Morning, étendu
à Seattle et Washington DC. Le Washington Post prévoit de rejoindre
Digital City à l'automne.
Possédant l'infrastructure de collection et de traitement de l'information
et des liens étroits avec les communautés locales, la presse, selon John
Curley, président le l'Association des journaux américains (NAA) peut
réussir dans ce "marché complémentaire".
Cette nouvelle compétition aura des conséquences sur le marché de la
publicité. Selon le groupe Forrester Research, la lutte pour s'approprier
des revenus en ligne estimés d'ici à cinq ans à 1,5 milliard de dollars
(9,6 milliards de F) pourrait provoquer une baisse des tarifs
publicitaires. Seuls des engins de recherche comme Yahoo offrent les
services de sites spécialisés dans l'immobilier ou l'automobile. De telles
rubriques n'ont pas pour l'instant été constitué par aucun guide urbain en
ligne. Le président de City Search affirme "nous ne sommes pas des
braconneurs, nous ne faisons pas de petites annonces, nous voulons être
amis avec les journaux". Microsoft quant à lui s'est engagé à ne pas les
concurrencer sur le terrain des informations locales ni celui des petites
annonces. Cependant pour Forrester Research, la véritable baguarre devrait
avoir lieu après les expérimentations de cette année dès 1998. Dans son
intervention, Arthur O. Sulzberger soulignait à propos de Bill Gates
"Pour le meilleur comme pour le pire, il est aujourd'hui l'un des nôtres
sur le marché de l'information".
(Le Figaro - 08/08/1997)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas