Du haut-débit pour tous au Brésil ?

Par 29 septembre 2010
Brésil

Le pays a lancé un plan national de connexion de la population d'ici 2014. Mais selon Pyramid Research, l'importance du rôle de l'Etat dans le projet pourrait rendre les objectifs un peu trop ambitieux.

Fin 2014, près des trois quarts des foyers brésiliens pourraient bénéficier d'un accès Internet à haut-débit à moindre coût. L'initiative, baptisée Plano Nacional de Banda Larga (PNBL), a été lancée par le président Lula. Mais malgré les efforts gouvernementaux, le chiffre de 40 millions de maisons connectées ne devrait pas être atteint, regrette Pyramid Research. Dans une étude, le cabinet revient sur les principaux obstacles qui, à son sens, affecteront le développement du haut-débit dans une économie sud-américaine pourtant considérée comme la plus dynamique. Le cabinet s'inquiète du fait que l'Etat brésilien prenne en charge dans de telles proportions un secteur pourtant laissé en déshérence par les acteurs privés. Ces derniers se sont jusqu'ici rués vers les centres-villes et les régions les plus prospères du pays comme le sud-ouest, délaissant par la même des pans entiers du territoire brésilien jugés bien trop peu rentables.

Lutter contre les zones blanches

"Les prix sont aussi un réel problème, que le plan devrait en partie régler, en annulant les taxes sur certaines des offres à destination des populations peu fortunées", explique ainsi Luis Portela, analyste pour Pyramid. "Le gouvernement a certes un véritable rôle à jouer, mais nous craignons que le balancier ne soit allé trop loin pour qu'une approche interventionniste soit efficace". Rien de catastrophique cependant : selon le cabinet, c'est ainsi la moitié des foyers (soit 27 millions de personnes) et non 72 %, qui disposeront d'un accès Internet à haut-débit, fin 2014. Dans le détail, l'Etat brésilien prévoit d'investir plus de 7 milliards de dollars, dont près de deux dans la construction d'une infrastructure nationale adéquate, sur 31 000 km reliant vingt six des vingt sept Etats du pays au réseau en mode haut-débit.

Stimuler la croissance économique

L'objectif du gouvernement est de parvenir à réduit la part de la facture Internet dans le budget des ménages (de 5 % aujourd'hui, à 0,5 % en 2014). Avec des tarifs allant selon la vitesse de connexion, les seuils de téléchargement, et les incitations fiscales, de 5,63$ à 19,70$ par mois. La gestion de ce nouveau réseau, qui sur le terrain viendra s'ajouter à une infrastructure de 11 000 km déjà en service sur 15 états brésiliens, sera confiée à l'opérateur Telebras. Le PNBL prévoit par ailleurs la mise en place de facilités de crédit et d'incitations fiscales à destination du secteur privé et des collectivités pour lutter contre les zones blanches et assurer la desserte de l'abonné sur le dernier kilomètre.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas