Haut débit mobile : enjeux technologiques et financiers

Par 20 août 2008 1 commentaire
Mots-clés : Digital Working

Le trafic mobile ne cesse d'augmenter. Les opérateurs vont bientôt devoir résoudre une équation délicate entre coûts et qualité des services. Ils pourraient être tentés de dégrader cette qualité.

Quel va être l'impact du développement du haut débit mobile pour l'industrie des télécommunications ? C'est à cette question que tente de répondre une nouvelle étude de l'IDATE. Les fournisseurs d'équipements télécoms et les opérateurs voient en effet dans le haut débit mobile le moteur indispensable à leur développement. Mais l'implémentation de services data sur les réseaux mobiles pose divers problèmes. Comme l'explique à L'Atelier Pierre Carbonne, l'un des auteurs de l'étude, "Les opérateurs vont devoir résoudre l'équation technico-économique du haut débit mobile". Car bien que les revenus des opérateurs issus de services data augmentent fortement, le trafic augmente pour sa part beaucoup plus rapidement. "La croissance des revenus data de Vodafone a par exemple été de 55 % sur un an. Mais en même temps, leur trafic a été multiplié par dix, ce qui représente une augmentation de 1000 %".
Une augmentation du trafic ininterrompue
Ce fait s'explique notamment par l'augmentation du nombre d'abonnés, notamment à la 3G, et l'impact de l'accès aux services Internet mobile à partir d'ordinateurs portables. Les opérateurs doivent en effet prévoir une moyenne de 40 kbits/s pour un utilisateur se connectant à un réseau HSDPA à partir de son ordinateur portable et seulement 0,3 kbits/s pour un utilisateur le faisant à partir d'un mobile. On s'attend donc à ce que l'augmentation des revenus issus des services mobiles ne puisse plus compenser la hausse des coûts due aux aménagements nécessaires pour suivre la croissance du trafic. "Pour faire face à ces besoins de capacité, les opérateurs vont  devoir faire des choix technologiques et / ou financiers". Les opérateurs peuvent d'abord densifier leurs réseaux en ajoutant des antennes et des stations de base.
Solutions de convergence ou limitation des capacités d'accès
Ils peuvent également utiliser plus de spectre radio. "Le problème de ces solutions est qu'elles sont coûteuses", explique Pierre Carbonne. Les opérateurs pourront donc être tentés de prendre d'autres décisions, par exemple en privilégiant des solutions de convergence fixe-mobile, où une partie du trafic mobile sera transférée sur le réseau fixe. Ils peuvent enfin limiter la capacité d'accès par utilisateur en installant des plafonds, comme ils le font déjà, ou établir des prix élevés. "Ils peuvent même, s'ils le souhaitent, dégrader la qualité du service en attribuant une capacité moindre à chaque utilisateur". Bref, à l'heure où l'on annonce l'arrivée imminente d'un réseau mobile de quatrième génération, le développement continu de services mobiles de qualité ne va pas de soi pour autant.

Haut de page

1 Commentaire

"Bref, à l'heure où l'on annonce l'arrivée imminente d'un réseau mobile de quatrième génération, le développement continu de services mobiles de qualité ne va pas de soi pour autant."

Justement, la 4G n'a t-elle pas pour objet d'augmenter la bande passante disponible et donc de faire diminuer le coût de chaque kbit/s en en diminuant la rareté ?

Soumis par Stéfan (non vérifié) - le 04 septembre 2008 à 12h29

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas