Haut débit et mobiles dynamisent l'industrie du divertissement

Par 25 juin 2007

Le cabinet Pricewaterhouse Coopers estime que l'industrie du divertissement et des médias représentera 2 000 milliards de dollars en 2011. Principaux vecteurs de cette croissance: Internet et les technologies sans-fil...

Le cabinet Pricewaterhouse Coopers estime que l'industrie du divertissement et des médias représentera 2 000 milliards de dollars en 2011. Principaux vecteurs de cette croissance: Internet et les technologies sans-fil.
 
Le secteur du divertissement et des médias devrait connaître une croissance annuelle moyenne de 6,4% jusqu'en 2011, principalement grâce à Internet et aux technologies sans-fil. Il représentera alors un chiffre d'affaires potentiel de 2 000 milliards de dollars. La distribution de divertissement et de média sur des plates-formes convergentes - entre le PC, le combiné téléphonique et la télévision - devrait représenter plus de la moitié des dépenses en 2011 notamment au Brésil, en Russie, en Inde et en Chine (BRIC). Elle sera suivie par les dépenses comme - entre autres - la production de contenu pour mobiles, qui génèreront des revenus estimés à 153 milliards de dollars en 2011.
 
Des technologies de plus en plus accessibles
 
"Les compagnies de contenus, de distribution et de technologies ont un besoin urgent de nouer de nouvelles relations pour s'adapter aux modifications induites par la convergence. Elles ont également besoin de tester de nouveaux business models pour répondre à la fragmentation croissante et au problème de la propriété intellectuelle à l'ère digitale", explique Jim O'Shaughnessy, administrateur de la division Entertainment & Media practice chez PWC.
 
Cette croissance s'explique en partie par la hausse du nombre d'abonnés à l'accès internet haut débit - plus d'un demi milliard de souscripteurs sont attendus en 2011 contre 300 millions aujourd'hui - et au sans-fil, qui devrait rassembler près de 3,4 milliards de fidèles contre un peu plus d'un milliard en 2007. Mais petit bémol à la croissance globale du secteur: selon PWC, la migration des utilisateurs vers les formats digitaux aura un effet négatif sur les revenus des autres formats.
 
Un secteur aidé par des pays émergents
 
La région Asie-Pacifique devrait être la région la plus dynamique, avec une hausse de 13,5% des dépenses consacrées aux plates-formes convergentes. L'Amérique latine devrait également connaître une croissance notable en raison de l'importante augmentation du taux de pénétration d'Internet et de la large bande. Quant aux BRIC, ils devraient représenter 24% de la croissance globale du secteur sur les cinq prochaines années.
 
En ce qui concerne les marchés matures, les Etats-Unis dominent toujours, avec une croissance annuelle de 5,3% et un chiffre d'affaires estimé à 754 milliards de dollars en 2011. La zone EMEA arrive en deuxième position, avec des revenus qui devraient atteindre les 617 milliards de dollars (+5,5%).

Les Français accros à la télévision sur Internet
 
La vidéo sur Internet entre dans les mœurs. 10,2 millions d'internautes français ont regardé au moins une fois une vidéo sur Internet au cours du mois de mars 2007, soit plus d'un internaute sur trois, selon Médiamétrie. Et ils sont 8,1 millions à avoir visionné une émission TV ou tout du moins un extrait directement sur le Net.
 
Petite différence cependant avec le traditionnel poste de TV: ils sont 83,9% à avoir regardé leur programme après sa diffusion télévisée, contre seulement 21,9% à en profiter en direct. La TV a encore de beaux jours devant elle!

(Atelier groupe BNP Paribas – 25/06/2007)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas