Décidément, les Japonais nous étonneront toujours : après le Tamagotchi,

Par 24 août 1997
Mots-clés : Smart city, Asie-Pacifique

voici le post-pet, un animal domestique faisant office de facteur. Sony Communication Network vient de sortir au Japon, ce petit animal qui s'occupe du courrier électronique de son maître. Depuis dé...

voici le post-pet, un animal domestique faisant office de facteur. Sony
Communication Network vient de sortir au Japon, ce petit animal qui
s'occupe du courrier électronique de son maître. Depuis décembre, une
version beta est disponible sur Internet, mais désormais, un des
principaux fournisseurs de services Internet du Japon, So-net (filiale de
Sony) le commercialise pour 15 F environ par mois sur CD-ROM. Cet animal a
déjà conquis plus de 5 000 abonnés. Son concepteur, Kazuhiko Hachigya,
artiste indépendant, souhaite que cet animal qu'il soit ours en peluche,
tortue ou encore lapin, réchauffe le cyberespace et apporte un peu de vie
"les programmes pour e-mail comme Eudora sont froids. Le post-pet permet
une communication ludique". Dès l'arrivée de cet animal, il faut le
nourrir, s'en occuper en choisissant dans un menu diverses options. Il se
charge, en contrepartie, des courriers électroniques, on le voit quitter
l'écran la lettre à la main pour aller la remettre à son destinataire. Ce
petit facteur virtuel peut aussi envoyer, de sa propre initiative, des
messages aux amis de son maître pour, soit leur rappeler une date
d'anniversaire ou bien les informer de la façon dont il est traité. Dans
son "journal secret", il note les évènements de la journée. Il peut même
fuguer quelque part dans le cyberespace, s'il se sent mal aimé, et
adresser à son mauvais maître des lettres de reproches. Ce qui est arrivé
du reste à Keiko qui un jour reçu de son ourson une lettre d'adieu. Après
avoir mené une enquête, elle a suivi sa trace sur le réseau jusque dans un
parc de loisirs conçu pour lui et ses semblables comprenant hôpital, jeux
et attractions et l'a finalement retrouvé sur "la lune", sorte de
cimetière. Effectivement, la durée de vie des versions béta est limitée
alors que les versions commerciales sont censées être immortelles. Mais
même les post-pet payants s'ils se jugent insuffisamment chouchoutés,
peuvent se réfugier dans une forêt secréte et entrer dans la
clandestinité. Il ne reste plus alors qu'à en commander un autre
(www.so-net.or. jp/postpet)
(Supplément Télé-Radio-Multimédia - Le Monde 24/25/08/1997)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas