La décision de National Semiconductor d'arrêter de vendre ses microprocesseurs Cyrix pourrait avoir des conséquences sur le marché des

Par 06 mai 1999

micros. (voir la revue de presse du 6/5). Bien que la part de marché des PC équipés de puces Cyrix soit relativement faible (6 millions de microprocesseurs vendus l'an dernier pour un marché mon...

micros.
(voir la revue de presse du 6/5). Bien que la part de marché des PC
équipés de puces Cyrix soit relativement faible (6 millions de
microprocesseurs vendus l'an dernier pour un marché mondial du
micro-ordinateur dépassant les 100 millions d'unités), Cyrix faisait la
course en tête sur le segment des machines à moins de 800 dollars avec son
concurrent californien Advanced Micro Devices (AMD). La société alimentait
en particulier les nouveaux venus asiatiques comme eMachines ou de jeunes
américains comme iDOT qui parviennent à assembler des PC vendus en ligne à
moins de 500 dollars.
La nouvelle donne du paysage micro-informatique ne sera réellement connue
que lorsque le repreneur de Cyrix sera trouvé. NAS veut en effet céder la
propriété intellectuelle de sa puce ainsi que ses capacités de production,
en particulier son usine du Maine fabricant la puce P6.
National Semiconductor veut désormais se concentrer sur les composants
pour décodeurs numériques de télévision et autres équipements Internet
portables, marché évalué en 2002 à 1 milliard de terminaux. Ce marché
réclame, paradoxalement, des puces de plus en plus sophistiquées, donc
rentables, pour supporter communications rapides et données multimédias.
(Les Echos - 7/05/1999)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas