Les défis ne manquent pas pour aller vers la personnalisation des soins

Par 21 décembre 2012 Laisser un commentaire
medecin avec tablette

Pour aller vraiment vers une médecine personnalisée, plus proactive et préventive, il faudra d'abord améliorer la collecte et le traitement des données, et régler certaines questions juridiques et de financement.

Pour améliorer la précision et l’efficacité des soins, le domaine de la santé devrait s'orienter progressivement vers une approche personnalisée des soins. Cela représente un changement important puisque la médecine est aujourd’hui réactive et que celle de demain serait davantage proactive et préventive. L'idée est de développer une médecine qui tiendrait compte des spécificités de chacun sur l'ensemble du parcours médical, c’est-à-dire de la prévention en passant par le diagnostic, le traitement et le suivi post-traitement. Toutefois, le développement de la santé personnalisée exige des investissements et du soutien pour être intégré aux systèmes Européens de santé. Des experts scientifiques conseillent vivement à l'Europe de développer et mettre en place une médecine personnalisée selon un rapport de The European Science Foundation's (ESF) membership organisation et de The European Medical Research Councils. Le rapport émet plusieurs recommandations pour faire de la médecine personnalisée une réalité d’ici à 2017 mais aussi fait part des défis à relever.

Les données, une priorité des cinq prochaines années

Ainsi, l’une des étapes clés du développement de cette approche reposerait sur les données. Leur collecte et leur traitement est un défi crucial pour les professionnels de la santé. Le rapport recommande d’harmoniser les protocoles de collectes et de traitement des données, les rendre accessible, interopérable et les enrichir avec des informations complémentaires tels que le style de vie, l’alimentation ou entre l’environnement dans lequel vit le patient. Ce phénomène serait en phase de trouver une solution, notamment avec la création d’une série de "biobank" - une banque qui stocke des échantillons biologiques humains généralement pour une utilisation pour la recherche - qui s’établissent en Europe. Toutefois, ceci n’est qu’un début et ces infrastructures nécessitent d’être consolidées et étendue dans un réseau européen interopérable.

Des investissements essentiels

Selon le rapport, ce sont également les professionnels de santé et les citoyens qui ont un rôle actif à jouer puisqu’ils définiront le futur de la médecine personnalisée. Les citoyens seront plus actifs dans la prise en main de leur santé et soutiendront les autres membres de leur communauté en interagissant davantage. C’est un aspect important de la médecine participative, mais cela soulève un défi éthique et juridique pour protéger leurs vies privées et s’assurer leurs données personnelles ne sont pas utilisées à mauvais escient. Enfin, le développement de la médecine personnalisée ne peut se faire sans le soutien financier. Le financement doit donc être assuré pour le cœur de l’infrastructure. Un domaine particulièrement important pour l'avenir de la médecine personnalisée est l'utilisation des dossiers de santé électroniques. Ils sont actuellement très peu utilisés à travers l'Europe. Il existe actuellement un écart énorme entre le potentiel et la réalisation.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas