Dégroupage total : 592 000 abonnés

Par 17 janvier 2006
Mots-clés : Digital Working, Europe

La concurrence dans le secteur des télécommunications se renforce en France, comme l'illustrent les derniers chiffres du dégroupage fournis par l'Arcep, l'autorité de régulation des...

La concurrence dans le secteur des télécommunications se renforce en France, comme l'illustrent les derniers chiffres du dégroupage fournis par l'Arcep, l'autorité de régulation des télécommunications. Au 31 décembre 2005, on comptait selon l'Arcep en France 2,82 millions de lignes dégroupées (+ 74 % sur un an), parmi lesquelles 592 000 lignes en dégroupage total.

592 000 foyers français sont donc passés aux opérateurs alternatifs qui leur fournissent téléphone et Internet sans qu'il soit nécessaire de s'acquitter de l'abonnement à France Télécom, soit six fois plus qu'au 31 décembre 2004. Pour le moment, la couverture de la population en dégroupage total n'est que de 54 % (+ 2 % seulement sur un an).

2,228 millions de lignes sont dégroupées partiellement, ce qui signifie que l'abonné a souscrit à des services de téléphonie autres que ceux de l'opérateur historique, mais qu'il doit tout de même s'acquitter de l'abonnement auprès de ce dernier.

Raisons de cet essor du dégroupage total ? D'abord, la compétitivité des offres concurrentes de celles de l'opérateur historique (environ 30 euros pour une offre "triple play" associant téléphonie illimitée ou presque, Internet haut débit et TV par ADSL). Ensuite, les hausses successives de l'abonnement France Télécom : + 26 % sur trois ans.

"L'année 2004 avait été marquée par la forte extension géographique des zones couvertes en dégroupage et l'essor considérable du nombre d'accès dégroupés, essentiellement en dégroupage partiel. En 2005, la tendance est à la consolidation; les deux événements marquants de l'année passée ont été l'essor du dégroupage total et l'intervention croissante des collectivités locales", indique l'Arcep dans un communiqué.

La France fait figure de leader européen en matière de dégroupage avec ses 2,82 millions de lignes, même si elle vient d'être dépassée par le Royaume-Uni en terme de lignes haut débit . Pour autant, la situation de France Télécom est loin d'être catastrophique :

l'opérateur historique compte encore 33 millions de clients dans l'Hexagone.
Les lignes dégroupées, partiellement ou totalement, continuent à lui rapporter de l'argent dans la mesure où les opérateurs alternatifs lui paient une redevance pour pouvoir utiliser son réseau.

(Atelier groupe BNP Paribas - 17/01/2006)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas