Le dégroupage total accélère plus vite que le dégroupage partiel

Par 18 octobre 2005
Mots-clés : Digital Working

L'Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep) vient de publier son tableau de bord du dégroupage pour le troisième trimestre 2005. La progression du dégroupage...

L'Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep) vient de publier son tableau de bord du dégroupage pour le troisième trimestre 2005. La progression du dégroupage total est désormais bien plus importante que celle du dégroupage partiel.

Pour les 180 000 lignes dégroupées entre le 30 juin et le 30 septembre, 104 000 abonnés se sont totalement affranchis de l'opérateur historique, faisant passer le nombre de lignes totalement dégroupées à 360 000 (+ 41 % par rapport au trimestre précédent). En comparaison, le nombre de lignes partiellement dégroupées n'est passé en un trimestre que de 2 073 942 à 2 150 000 (+ 3,66 %).

Les demandes de dégroupage ont connu un net ralentissement durant l'été, ce qui s'explique par la "saisonnalité du marché haut débit" selon l'Arcep.

Par ailleurs, l'Arcep a lancé une consultation publique sur le modèle de coût de l'accès dégroupé, résidentiel et professionnel. Ce modèle fournit une évaluation du coût d'une ligne DSL "grand public" pour un opérateur ayant recours au dégroupage.

L'Arcep souhaite le compléter par un volet "professionnel", qui s'attache à modéliser les spécificités d'un opérateur DSL entreprises, ainsi que par un volet "localisation distante" qui s'intéresse au cas spécifique des répartiteurs ruraux. Les contributions seront recueillies jusqu'au 30 octobre prochain.

(Atelier groupe BNP Paribas - 18/10/05)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas