Dell et Cisco, une vision claire et complémentaire du web 2.0

Par 19 janvier 2007

Le 9 janvier, Michael Dell (Président et fondateur de la société qui porte son nom) et John Chambers (CEO depuis 1995 de Cisco, premier équipementier télécom mondial) ont fait part lors du...

Le 9 janvier, Michael Dell (Président et fondateur de la société qui porte son nom) et John Chambers (CEO depuis 1995 de Cisco, premier équipementier télécom mondial) ont fait part lors du Consumer Electronics Show (CES) de Las Vegas de leur vision du futur et de leur stratégie à court et moyen terme. Deux visions très inspirées par les expériences des consommateurs, totalement en ligne avec les phénomènes émergeant actuellement et surtout deux stratégies qui mettent le réseau au cœur de la communication et de  l’entertainment de demain.
 
Véritable show à l’américaine pour Michael Dell: sa présentation met très rapidement l’accent sur le retard flagrant des Etats-Unis en ce qui concerne le « véritable broadband »: la fibre dans toutes les maisons. Michael Dell apostrophe directement les équipementiers et fournisseurs d’accès américains en les incitant à accélérer sérieusement le mouvement. Dans la compétition globale, les enfants états-uniens doivent avoir les mêmes chances d’accès que ceux du reste du monde...
 
Rappelons au passage que l’OCDE a distingué l’offre du FAI français Free comme étant la meilleure offre triple play, et que le projet Pau Broadband initié par Jean-Michel Billaut et lancé en 2004 fait toujours figure de précurseur. Cocorico! Petite anecdote chiffrée livrée par Michael Dell: en 2007, la consommation de bande passante de YouTube sera équivalente à celle du Web de l’année 2000. De la fibre donc, et vite!
 
Bien entendu, Michael Dell n’est pas venu au CES pour tirer à boulets rouges sur les équipementiers dont il a besoin mais pour parler de ses nouveaux produits et des projets actuels de Dell. On découvre donc un nouvel écran dont la qualité de réception est celle d’un téléviseur HD, un nouveau PC équipé d’un tuner HD TV et un nouveau système de refroidissement qui évite que le processeur ne chauffe trop après plusieurs heures sur World of Warcraft... Voilà pour les innovations techniques.
 
Michael Dell nous présente ensuite le nouveau service en ligne brandé Dell qui permet de stocker et de sauvegarder toutes ses données personnelles sur des serveurs extérieurs et de pouvoir y accéder depuis n’importe quel ordinateur. Une solution bien pratique pour faire migrer ses données personnelles et autres dossiers sur un nouveau PC.
 
 
Michael Dell, le nouveau chantre de la fibre américaine
 
Se succèdent ensuite sur le podium les témoins des efforts de Dell pour être une entreprise innovante et proche des considérations de ses clients: le chef designer des jeux vidéo Blizzard vient présenter la nouvelle version de World of Warcraft, le président d’Alienware dévoile ses nouveaux produits.
 
Mais Dell est aussi une entreprise éthique soucieuse de l’environnement qui offre à tous ses clients la possibilité de recycler gratuitement leurs vieux ordinateurs. Dell va même plus loin et lance le programme "plant a tree for me" permettant à toute personne se rendant sur le site de Dell d’ajouter à sa commande ou lors de sa visite un don de 2 dollars pour planter un arbre et ainsi réduire les émissions de CO2.
 
Naomi Hala, scientifique américaine reconnue, vient enfin remercier Michael Dell et ses équipes pour leur soutien dans ses recherches contre le cancer qui devraient lui permettre de lancer la première particule de soin non toxique.
 
Finalement, rien d’exceptionnel dans toutes ces démonstrations d’innovations techniques ou d’engagements responsables. Michael Dell ne serait-il venu que pour nous vendre ses nouveaux produits? Pas tout à fait... Si l’on se penche de plus près sur les innovations proposées et surtout leur utilité, la vision de ce que sera le Web de demain commence a apparaître: le Web de demain passe par le réseau. Si l’on suit l’analyse et la vision de Michael Dell, le PC ne sera plus qu’une porte d’entrée à un réseau composé d’éléments interconnectés, les données hébergées à l’extérieur seront accessibles depuis n’importe quel appareil et surtout n’importe où.
 
Mais finalement cette vision d’un Web omniprésent ne nous apporte pas vraiment d’éléments nouveaux. Vous pouvez déjà accéder à vos e-mails via un BlackBerry, regarder vos propres chaînes de télévision ou les programmes que vous avez enregistrés chez vous dans le monde entier grâce à la SlingBox, faire partager à vos amis vos photos de vacances ou vos vidéos en ligne sur YouTube...
 
C’est la présentation de John Chambers qui a terminé de me convaincre de ce que serait mon chez moi dans quelques années. Si Michael Dell faisait son show à grand renfort de podium tournant, acteurs, vidéos et intervenants, chez Cisco, on se croirait plutôt dans une représentation de théâtre: une grande scène proche des spectateurs qui figure un appartement avec une fausse cheminée surmontée d’un écran géant, un bureau, une chambre d’enfant et même l’intérieur d’une voiture. 
 
John Chambers nous invite donc à le suivre et à croire en ce que sera le Web de demain et surtout notre vie de tous les jours dans ce demain pas si éloigné. Avec l’aide du responsable du développement technique de Cisco, il nous entraîne dans une présentation grandeur nature et l’on y croit ! Pour résumer ce monde de demain, le "human network" de Cisco, cinq mots : virtuel, convergence, simplicité, ouverture et sécurité. Imaginez ce monde de demain : vous rentrez chez vous en voiture, votre auto-radio version 2.0 vous permet de choisir des titres dans votre bibliothèque personnelle. Jusque là, rien de totalement nouveau si ce n’est que la bibliothèque en question se trouve sur le réseau et pas dans la voiture. Arrivé chez vous, vous devez couper votre titre favori en plein milieu, votre téléphone portable sonne vous demandant si vous souhaitez poursuivre l’écoute sur votre mobile. Une fois dans votre résidence, c’est votre media center qui vous demande si vous voulez continuer l’écoute et affiche la vidéo sur l’écran géant du salon. Voilà déjà de quoi satisfaire les critères de convergence et de simplicité. Vous décidez maintenant de vous installer confortablement et de suivre un match de foot: votre écran vous indique que votre meilleur ami est lui aussi connecté. Un simple e-mail plus tard et vous pouvez le voir, lui parler et commenter le match avec lui et même lui proposer de venir assister au prochain match de votre équipe préférée. Vous pouvez même payer vos billets en ligne, ils seront automatiquement transférés sur votre mobile et vous donneront accès au stade. On peut donc sans problème parler de virtuel.
 
En pendant que vous regardez le match, vous pouvez enregistrer le dernier épisode de votre série-culte sur CBS: CSI Miami (Les Experts: Miami). Votre fils qui est dans sa chambre a lui aussi accès au réseau familial, CSI Miami n’étant pas recommandé pour les enfants, il ne pourra pas regarder la vidéo car le contrôle parental le lui interdit. Sécurité donc. Après le match, vous discutez avec votre meilleur ami de vos dernières vacances à Cancun. Chacun y va de son petit souvenir, mais surtout partage ses vidéos et ses photos. En même temps que vous parlez, vous pouvez lui rendre accessible votre galerie de photos et de vidéo qu'il pourra alors télécharger et regarder sur les différents écrans chez lui pendant que vous faites de même chez vous. L’ouverture et le partage sont donc à portée de clic...
 
 
John Chambers a montré à quoi ressemblera votre vie 2.0 de demain...
 
Comme lors de la présentation de Michael Dell, il n’y a rien qui choque dans ce futur proche version Cisco, rien qui ne nous semble déjà possible. Cela dit combien de dimanches après-midis avez vous déjà passé à convertir des vidéos dans un format que vos amis peuvent lire, combien de nuits à convertir des DVD ou des CD en format numérique? Car c’est bien cela dont il s’agit: l’ère digitale est révolue ! Nous avons d’abord connu l’ère analogique, celle de l’électronique et des premières VHS. Et ensuite arrivé l'ère numérique, celle des CD et DVD. Nous voici désormais dans l’ère du network celle de l’expérience et du partage.
 
En 2004, dans une interview au journal allemand Bild, Bill Gates expliquait que ce n'est "certainement pas avec des DVD" que fonctionnera la télévision du futur. "Cette technologie aura disparu dans dix ans au plus tard. Quand on pense qu'aujourd'hui il faut transporter des films ou de la musique sur des galettes argentées [...] c'est assez ridicule", prophétisait-il. "Ces trucs peuvent être rayés, ou simplement se perdre". Bien vu! 
         
Guillaume Degroisse
A Las Vegas, pour L'Atelier
 
(Atelier groupe BNP Paribas – 19/01/2007)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas