Délocalisation informatique : Cap Gemini et Unilog devraient prochainement s’y mettre

Par 09 avril 2003

Dans un contexte de recul du marché français des services informatiques et des logiciels, - 3 % selon le Syntec (le principal syndicat de la profession), les logiques de réduction de coûts sont ...

Dans un contexte de recul du marché français des services informatiques et des logiciels, - 3 % selon le Syntec (le principal syndicat de la profession), les logiques de réduction de coûts sont étudiées de près par l’ensemble des SSII. Le PDG de Cap Gemini France évoquait ainsi récemment la possibilité de délocaliser une partie de la production informatique de la société, tandis que le président d’Unilog, Gérard Philippot, a indiqué étudier de près un projet analogue. De fait, le partenariat qu’Unilog a forgé avec la SSII américaine Keane, spécialisée dans le marché de la Tierce Maintenance Applicative (TMA), pourrait aboutir à des délocalisations au Canada mais surtout en Inde. La délocalisation informatique peut concerner la maintenance d’applications d’entreprise, mais également une partie de leur programmation. L’off-shore programming représente aussi une nouvelle tendance de la délocalisation informatique avec des sociétés comme V6 ou TubbyDev qui sont positionnées sur le marché russe. A l’instar de l’industrie textile, le marché des SSII pourrait connaître une vague massive de délocalisation. (Atelier groupe BNP Paribas – 09/04/2003)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas