La demande en téléphonie mobile dépasse les prévisions des constructeurs, en rupture de stock

Par 08 décembre 2003
Mots-clés : Smart city, Asie du Sud, Europe

Les fêtes de fin d'année approchent à grands pas, et avec elles les ventes de téléphones mobiles progressent, poussées par la reprise économique mondiale et la mise sur le marché de nouveaux ...

Les fêtes de fin d’année approchent à grands pas, et avec elles les ventes de téléphones mobiles progressent, poussées par la reprise économique mondiale et la mise sur le marché de nouveaux modèles. Une tendance qui devrait réjouir les fabricants de téléphonie mobile. Pourtant, ceux-ci sont de plus en plus inquiets, craignant une pénurie de composants.

En 2001, les constructeurs avaient surestimé la demande mondiale de 100 millions d’unités. C’est donc avec prudence qu’ils se sont approvisionnés en composants cette année… A tort, très certainement… Qu’il s’agisse de Motorola, Siemens, Nokia ou Sony Ericsson, tous annoncent qu’ils frôlent la rupture de stock. Plusieurs régions du monde sont touchées, de la Russie ou l’Inde aux marchés saturés européens et nord-américains.

Ces problèmes de pénurie ne datent pas de ce mois de décembre. Depuis l’été 2003, des problèmes d’approvisionnement ont été enregistrés, qui se sont accentués au fil des semaines. Il faut préciser que la demande en téléphonie mobile a été particulièrement forte en 2003. Selon le cabinet d’études Strategy Analytics, la prévision mondiale des ventes pour l’ensemble de l’année s’élèverait finalement à 504 millions d’unités, contre 492 millions selon des prévisions antérieures.

Devant ces estimations, les constructeurs doivent donc s’approvisionner en urgence en puces, écrans couleur, ou lentilles photographiques. Côté consommateurs, certains devront peut-être se rabattre sur des modèles plus anciens et monochromes, qui au vu de la situation reviennent en force dans les vitrines des distributeurs.

( Atelier groupe BNP Paribas – 08/12/2003)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas