Le démarrage d'un ordinateur bientôt instantané ?

Par 16 novembre 2010 1 commentaire
Mots-clés : Smart city, Europe
disque dur

La mémoire Racetrack, dite non volatile, pourrait augmenter la rapidité du système de démarrage. Et augmenter la capacité de stockage de l’ordinateur.

Pour diminuer sensiblement le temps nécessaire au démarrage d’un ordinateur, il est important de revoir les systèmes actuels, qui accordent une place prépondérantes aux disques durs. C’est du moins le point de vue de Mathias Kläui,  scientifique de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), et associé au Centre de Recherche d’IBM de Zurich. Le scientifique développe actuellement une technologie beaucoup plus rapide, car fondée sur la mémoire Racetrack. Selon ses estimations, récemment publiées dans la revue Physical Review Letters, cette technologie rendrait les informations accessibles 100 000 fois plus rapidement qu’avec un disque dur traditionnel.

Une mémoire non volatile

La mémoire Racetrack est une mémoire informatique dite "non volatile", sur laquelle travaillent depuis plusieurs années des équipes d’IBM. Elle utilise la technique de la spintronique, c’est-à-dire qu’elle exploite les courants d’électrons à spins cohérents dans le but de stocker des informations. Et ce, grâce aux nanofils de silicium, qui permettent de canaliser les champs magnétiques. "Chaque fois qu’un ordinateur démarre, deux à trois minutes sont perdues pour que l’information qui se trouve sur le disque dur soit transférée sur la RAM(la mémoire vive)", explique le scientifique. La technologie développée permettrait d’accroître sensiblement la vitesse de démarrage.

Augmenter la vitesse, et la capacité de stockage

Dans le détail, le spin de l’électron est utilisé pour écrire et récupérer du code dans la mémoire. Les bits d’informations sont ainsi stockés dans les nanofils. Cela permet selon le scientifique d’augmenter la vitesse, mais aussi la capacité de stockage. Sans générer de chaleur supplémentaire.  Des travaux sont encore en cours, car il s’agit d’une technologie complexe. "Chaque bit d’information doit être clairement séparé du suivant afin que les données puissent être lues sans problème", conclut ainsi le chercheur.

Haut de page

1 Commentaire

En attendant il y a déjà les disques durs a mémoire flash connecté directement sur un bus PCI/e plutôt que sur du Sata !
Ça ne fait pas de l'instantané mais du Quasi Instantané !

Soumis par LeSemeurDe - le 22 novembre 2010 à 14h23

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas