Les déplacements propres sont une question de collaboration

Par 12 mars 2009

Afin de promouvoir une mobilité zéro émission, des acteurs publics et technologiques de l'Arizona se réunissent. La création de telles zones est rendue complexe par l'interdépendance de tous les acteurs.

La PAG (*) veut créer la Tucson Metro Area, une zone propre dans laquelle circulerait des véhicules électriques. Pour Xavier Apolinarski, chef de projet Transports au CEA LIST, contacté par L'Atelier, "ce type d'initiative doit prendre place dans des zones géographiques restreintes et maîtrisées comme des agglomérations". Pour lui, ce type de projet nécessite une interaction profonde entre ses différents acteursafin que chacun connaisse une partie des contraintes.Dans le cas dela construction de la Tucson Metro Area, il s'agira de faire cohabiter un constructeur automobile - Nissan/Renault -, une association écologique gouvernementale - le PAG- et d'une entreprise de distribution et de stockage électrique, ECOtality.
Des contraintes multiples...
Une des contraintes sera par exemple que la voiture va consommer plus ou moins selon la topographie de la ville. Il faudra donc que la municipalité aide à intégrer dans l'informatique des voitures du constructeur cette connaissance. Sachant que pour le moment, "il n'y a pas ou peu de GPS qui soit en 3D". Autre problème, afin d'assurer que le rechargement ait lieu de façon efficace, il faut que chaque conducteur sache quelle borne est disponible en temps réel. C'est donc ECOtality qui devra pousser ces informations sur un site de la ville, afin de les rendre accessible aux ordinateurs de bord du véhicule.
... mais "rien ne doit entraver la mobilité"
Une des clefs est donc que Nissan/Renault propose un logiciel de navigation très souple et adaptable. Car, pour le chercheur, "rien ne doit entraver la mobilité, sinon ces projets sont voués à l'échec" précise-t-il. La solution devra être capable de gérer tous les paramètres (consommation énergétique de la voiture, état du réseau électrique, trafic autoroutier). Dernière nécessité : le projet innovant doit finalement... ne pas l'être. "Il faut un service adapté, complexe à mettre en place mais qui rendra la voiture électrique indifférenciable d'une voiture thermique classique", explique-t-il. Les premières installations de la Tucson Metro Area devraient avoir lieu en 2010 et les premiers véhicules seront produits dès 2012. 
(*) Le PAG (Pima Association of Governments) est une association d'acteurs locaux, étatiques et régionaux qui s'est fixé comme but de favoriser le consensus entre ses membres pour planifier l'amélioration des transports, de la qualité de l'air et de l'eau.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas