Le désengagement numérique passe par une application (et un roadtrip) !

Par 23 septembre 2014
Road Trip

Un mouvement d’évangélisation numérique vient s’associer à une application de réseau social participatif new-yorkais pour défendre le concept de désengagement numérique.

Le Digital Enlightment Movement prend la forme d’un voyage en car à travers les Etats-Unis, mené par le serial-entrepreneur Brian M. Hiss. En évangélistes du désengagement digital, Brian Hiss et son équipe vont à la rencontre de la population américaine pour faire de la prévention sur les conséquences sociales de la consommation digitale. Mais la technologie n’est pas à bannir lorsqu’il faut en démontrer les excès assure Brian M. Hiss. "C’est parce qu’aucun réseau social ne permettait de passer du offline au online que j’ai voulu créer Dooble". C’est en effet par le biais de celle-ci, qui propose un service de recherche d’événements réels pour réconcilier les new-yorkais avec leur ville et est désormais en route pour conquérir les autres métropoles américaines, que Brian M. Hiss souhaite défendre son concept. L’application Dooble est un moyen donné aux individus hyper-connectés, les "digital natives", pour retrouver un intérêt aux rencontres réelles.

À la rencontre de la communauté des startups

Le documentaire réalisé – par une équipe suréquipée en équipement digital – est aussi une part importante de l’édifice pour faire connaître le Digital Enlightment Movement. Mais ce paradoxe n’en est pas un, car Brian M. Hiss n’est pas un adversaire de la technologie per se, il se l’approprie pour dénoncer les conséquences sociales. Il encourage les "digital natives" à se séparer de leur smartphone, pour saisir la valeur du monde physique. Au lieu de passer 40 minutes par jour sur Facebook (temps moyen aux Etats-Unis), Brian M. Hiss suggère de diminuer en douceur l’addiction, de passer à 20 minutes pour économiser plusieurs centaines d’heures dans l’année. Au cours du voyage qui prendra fin en octobre, l’équipe s’adresse en particulier au secteur de la technologie, et notamment aux VCs  (les investisseurs en capital-risque) et aux fondateurs de startups. Les villes visitées sont toutes des hubs technologiques, depuis San Fransciso jusqu’à San Jose, New York pour terminer par San Diego en octobre.

Interroger l’addiction des "digital natives" américains

Le Digital Enlightment Movement est donc l’occasion pour Brian Hiss de nouer des accords locaux pour faire connaître son application Dooble. En effet, figure renommée de l’univers des startups de New York, Brian Hiss a été COO (pour Chief Operating Officer) du site de distribution delivery.com avant de monter sa huitième aventure entrepreneuriale, Dooble. Son parcours lui permet ainsi d’être plus crédible dans sa lutte pour le "désengagement technologique", d’autant plus que ses précédents produits technologiques ne fournissaient pas des expériences en tant que telles, mais des outils pour accéder à des expériences réelles. Si la technologie a effectivement eu des effets inespérés sur notre bien-être, Brian Hiss pondère son jugement : "il manquera toujours à la technologie la valeur humaine". Et Brian Hiss de critiquer l’utilisation qu’ont les américains, trop boulimiques, de la technologie et des réseaux sociaux, grands consommateurs de temps et d’engagements auprès des jeunes.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas