Désormais, manipuler des objets en trois dimensions d'un réalisme

Par 10 février 1998

parfait sur Internet, c'est possible. Récemment, le physicien-mathématicien-informaticien Sasha Migdal a créé une petite entreprise d'informatique Metacreations qui accueille notamment de jeunes pr...

parfait sur Internet, c'est possible.
Récemment, le physicien-mathématicien-informaticien Sasha Migdal a créé
une petite entreprise d'informatique Metacreations qui accueille notamment
de jeunes prodiges en maths et en logiciels (http://www.metacreations.com
et http://www.sgi.com). Il vient d'effectuer la démonstration d'un
étonnant scanner tridimensionnel. Pas plus gros qu'un caméscope, ce
boîtier placé devant une personne, restitue sur l'écran, en moins d'une
seconde, son visage en trois dimensions avec la qualité graphique d'une
photo. L'image est un véritable objet 3D pouvant être manipulé comme on
l'entend, tourné, renversé, déformé. L'appareil repose sur plusieurs
faisceaux laser, une caméra vidéo plus une caméra qui code les couleurs.
La forme scannée est transformée en une mosaique de 10 000 triangles, des
"trixels" sur laquelle l'image enregistrée en vidéo va s'appliquer. Alors
que "la possiblité de scanner un visage en temps réel existe depuis cinq
ou six ans", les avantages de la technique de Sasha Migdal, basée sur des
équipements Lockheed, résident dans un gain de vitesse. Le problème des
objets virtuels en 3D c'est qu'ils sont très gourmands en informations ou
grands consommateurs de temps de chargement s'il s'agit de les transmettre
sur Internet. Actuellement, les experts rennais de l'Inria recherchent des
moyens de compresser ce temps. L'une des pistes explorées est d'expédier
un programme qui calcule lui-même la trajectoire. L'ordinateur de
l'utilisateur effectuant le travail soulage ainsi la transmission. Un des
fondateurs de Metacreations serait parvenu à une solution voisine qui
permet de télécharger sur Internet des objets tridimensionnels et surtout
de les manipuler.
Ainsi, bientôt, non seulement les consommateurs pourront évoluer dans un
supermarché virtuel, mais pourront de plus tourner une image réaliste de
l'article convoité sous toutes ses coutures.
(Le Figaro - 10/02/1998)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas