Les détaillants intéressés mais pas encore utilisateurs de technologies mobiles

Par 03 juillet 2012 Laisser un commentaire
Doigt pointant sur une tablette

Si les commerces de détail reconnaissent l'intérêt de la geolocalisation, des solutions de paiement mobile ou d'autres technologies, ils ne les utilisent encore que peu. Ce qui laisse place à des investissements.

73% des commerces de détail jugent la technologie importante, dont 36% très importante. A l'horizon 2014, l'étude de CompTIA dont sont issus ces résultats montre même que cette importance devrait être partagée par 83% de ces détaillants. Néanmoins, l'utilisation qui en est faite par ces acteurs n'est pas encore au rendez-vous. Et pour cause, 7% des détaillants seulement affirment être au niveau d'utilisation de la technologie qu'ils souhaitent atteindre, et un peu plus d'un quart considèrent en être proche (29%). Bien sûr, les bénéfices que permettent d'atteindre les technologies ne se valent pas toutes aux yeux des personnes interrogées. Mais une large majorité de 71% des répondants s'accordent sur le fait que les usages les plus importants qui sont fait de ces technologies sont l'amélioration des ventes, des annonces promotionnelles et de l'engagement des clients. Ces objectifs étant servis par les nouvelles technologies dites "digital signage" permettant de cibler les acheteurs lors du processus de décision d'achat, c'est-à-dire se basant sur le social, la mobilité ou encore les méthodes de paiement.

 

Géolocalisation, m-paiement et fidélité

C'est le cas, notamment, des systèmes utilisant la géolocalisation pour atteindre le consommateur (réductions via Foursquare par exemple), utilisés par un cinquième des détaillants (21%) et planifiée par 28% des personnes interrogées. La géolocalisation ayant pour objectif de se défendre du phénomène de "showrooming", à savoir que certains consommateurs viennent voir le produit en magasin et finissent par l'acheter en ligne pour avoir le prix le moins élevé. Mais également des services qui améliorent les points de vente tels que le paiement mobile, dont bénéficient 13% des commerces de détail. Une faible part à laquelle s'ajoute néanmoins 19% qui envisagent de le déployer au cours des douze prochains mois. Ou encore des programmes de fidélité numériques par le biais d'applications utilisés par 31% des commerçants de détail, et prévus au développement par 27% d'entre eux.
 

Des investissements à venir

Malgré tout, ce sont les anciennes méthodes qui prévalent toujours chez ce type d'entreprise. A l'instar des campagnes de marketing par e-mail (adoptée par 65% d'entre eux), les pages Facebook (62%), les programmes de fidélité en ligne (31%) ou encore les blog (30%). Ce qui montre que l'utilisation des innovations constitue un marché potentiel d'importance. A tel point qu'il est évalué à 33 milliards de dollars en machines informatiques (IT hardware). En effet, 63% des commerces de détail s'attendent à augmenter leurs dépenses informatiques en 2012 contre seulement 37% qui envisagent de les maintenir au même niveau voire de les réduire. Avec, bien sûr, une particularité à savoir la part de croissance dans ces investissements en fonction de la taille de l'entreprise. Car lorsque la moyenne d'augmentation des dépenses est de 4,2%, les plus gros détaillants envisagent d'augmenter ce budget de 4,8% contre 3,3% pour les entreprises de moins de 10 employés.

Haut de page

Vos commentaires

(If you're a human, don't change the following field)
Your first name.
(If you're a human, don't change the following field)
Your first name.
Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
  • Aucune balise HTML autorisée
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

En soumettant ce formulaire, vous acceptez la politique de confidentialité de Mollom.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas