"Développer une publicité sur iPad est un gage de visibilité"

Par 19 mai 2011
Mots-clés : Future of Retail, Europe
julien terraz

Mettre au point une iAd permet de susciter l'intérêt sur sa marque et d'augmenter le nombre de ses prospects. Reste que pour le moment cela reste coûteux, et réservé aux entreprises qui veulent marquer le coup.

Entretien avec Julien Terraz, Creative Technologist pour Digitas. L'agence a créé pour Renault une iAd pour promouvoir la sortie de la Twizy, sa voiture électrique.

L'Atelier : Comment choisir de se lancer sur un support en particulier : web classique, réseaux sociaux, mobile, tablette ?

Julien Terraz : Cela dépend déjà des secteurs où la marque est présente, et le public auquel elle s'adresse. Si une entreprise veut créer des visites vers son site, il vaut mieux qu'elle élabore une stratégie qui utilise des bannières, les réseaux sociaux, etc. Si elle a besoin d'enrichir sa base de données de mails de clients, alors la tablette est une solution. L'iAd, pour parler de l'iPad en particulier, permet de faire du targeting très ciblé. Apple observe en effet l'usage que font les gens en terme de géolocalisation, d'achat d'applications, de films, de musique... Développer une réclame interactive pour iPad est aussi évidemment et surtout une opération de visibilité.

Une visibilité qui n'est pas accessible à toutes les entreprises !

C'est vrai, le frein reste pour le moment le prix. C'est pour cela que je parle de visibilité : pour le moment, il est difficile d'envisager un retour sur investissement concret. Développer une iAd coûte très cher. Le ticket d'entrée était au départ d'un million de dollars, avant de baisser à 500 000. Mais cela reste un luxe, intéressant pour les compagnies qui en ont les moyens et qui veulent attirer l'attention. En effet, une iAd peut être vue comme un mix entre l'expérience que l'on peut avoir à la télévision, dans la presse et sur le web.

Comment faire pour rendre une publicité dédiée aux tablettes la plus attractive possible. Faut-il combiner les formats (vidéo, texte, image) ou en privilégier un ?

Le principe de l'iAd n'est pas révolutionnaire en soi. La réclame doit partir sur quelque chose d'engageant, qui peut en effet être une belle image ou un film. Après il y a un carrousel assez classique. Ce qu'il faut surtout savoir, c'est que la durée d'exposition est d'une minute seulement. Malgré l'interactivité, on ne garde pas les gens plus longtemps. Il faut donc faire quelque chose d'immersif, de ludique. La différence par rapport à de la publicité classique, c'est que le principe est de ne jamais sortir de l'application. Le format est du coup invariablement plus restrictif pour l'annonceur, qui ne peut mettre de lien vers son site. Il peut cependant intégrer un formulaire, et depuis peu ajouter un lien vers un numéro de téléphone, pour créer du contact.

Les marques qui se lancent bénéficient du phénomène de nouveauté. Une fois que les tablettes se seront bien installées dans le paysage mobile, est-ce que c'est la simple publicité qui va capter le plus l'attention ?

Je ne sais pas si cela marchera ou pas. Mais ce dont je suis convaincu, c'est qu'il faut adapter le contenu, et proposer une transformation. Pour Renault, il ne s'agissait pas de montrer uniquement le véhicule. A ce moment là, ce n'est pas très intéressant. Mais de donner la possibilité de le pré-réserver, via le formulaire. Après évidemment, il y a les applications. Mais les marques qui ont fait une simple transposition de leur site ne connaîtront pas un taux de téléchargement élevé. Il faut proposer des jeux ou du service.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas